Partagez | 
 

 Zenno Nozaki | Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
avatar


Messages : 75
Date d'inscription : 04/05/2016
Age : 22
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Politicien
Nationalité: Japonaise
Lié à: Le Marchand de Sable
humain

MessageSujet: Zenno Nozaki | Terminé   Mer 4 Mai - 21:24




changerlelienparvotreimage100x100
Nom — Nozaki.
Prénom — Zenno.
Âge — 37 ans.
Sexe — Masculin.
Race — Humain.
Nationalité — Japonais.
Groupe — Aurore.
Occupation — Ex-chercheur, maintenant politicien.
Orientation sexuelle — Pansexuel.




physique

Malgré une longue cascade rosée qui coule sur ses épaules comme une trace d'excentricité, charriant avec elle stéréotype sur stéréotype, Zenno n'est pas une personne qui cherche à choquer, cette particularité n'étant due qu'à son confort personnel, n'aimant guère le noir de jais que ses cheveux arboraient fièrement avant qu'il ne les teigne. Dans un soucis esthétique, il porte des lentilles d'une profonde couleur bonbon accordée à celle de ces mèches qui ne cachent que rarement ses yeux.

Très soigné dans son style vestimentaire, il a tendance à préférer des vêtements qui, s'ils sont confortables, témoignent toujours d'un certain standing. Il a un job qui lui demande de soigner son apparence alors il le fait, bannissant les tenues décontractées et trop excentriques au profit d'habits plus classiques. Lorsqu'il les choisit, il privilégie des tons communs, principalement le blanc, qu'il associe à quelques couleurs pastels qui n'attaquent pas l’œil et ne servent qu'à souligner délicatement l'ensemble.

Un rasage à la perfection chaque matin dévoile à qui veut bien les observer les traits de son visage en cœur. Sa fine bouche, aux lèvres peu fournies est surplombée par un nez légèrement incurvé sans que ce détail physiologique ne soit exagéré, s'accordant de toutes façons étrangement bien avec son menton un peu en avant. Des joues un peu creuses et un front assez imposant, bien que souvent recouvert en partie par sa chevelure rose, viennent compléter le visage de Zenno.

Lorsque ses lippes s'entrouvrent, dévoilant au passage une rangée de dent parfaitement alignées digne d'une publicité, c'est une voix naturellement douce mais profonde qui se fait entendre, donnant généralement l'impression de propos assurés mais se voulant rassurant, apaisants. C'est s'il se met à chanter qu'il se démarque vraiment, bien que cela ne soit pas vraiment une bonne chose. Si l'on veut appeler un chat un chat, on dira tout simplement que Zenno n'est rien d'autre qu'une casserole sur laquelle on taperait - mais en rythme, il faut bien lui céder ça.

Lisant généralement à voix haute, il sait également se faire murmure, comme un souffle de vent que l'on ne saurait distinguer clairement. Ça l'aide à mieux retenir ce qu'il lit, à focaliser son attention sur le sujet et à pratiquer sa diction, ce qui est toujours utile pour un politicien comme lui, même si cette habitude est antérieure à son implication au sein du monde politique. Il a toutefois besoin d'une paire de lunettes pour être capable de s'adonner librement à la lecture, ayant du mal à distinguer les choses de près.

S'il tend à a arborer une posture relâchée et décontractée pour cela, il a plutôt tendance à se tenir droit, ayant pris l'habitude de le faire depuis tout petit. Même s'il ne fait habituellement pas peur, sa posture se veut un tant soit peu imposante et on retrouve une attention toute particulière que ce soit dans celle-ci ou dans la manière dont il se meut, héritée d'heures de pratiques théâtrales. Avec une taille surprenante pour un japonais, atteignant les deux mètres et trois centimètres, autant dire qu'il n'a pas de mal à montrer sa présence.

Pourtant, on ne peut pas dire qu'il est très musclé. Même s'il n'a aucun problème de poids, du fait de son alimentation équilibrée, il n'a pas tendance à faire attention à l'état de son corps. Cela se traduit aussi bien par un manque d'activité sportive que par la capacité de sortir dans une tenue ne correspondant pas à la saison ou en étant tout simplement malade.

En somme, Zenno c'est quelqu'un qui, s'il peut choquer et surprendre au premier abord - tant par sa taille que par quelques excentricités - s'avère en fait porter une grande attention à son apparence et privilégier le côté classique pour celle-ci, comme sied à son âge et sa profession.


caractère

Le cœur des hommes ne sert pas qu'à battre, encore et encore, pour que le sang coule dans leurs veines, comblant les demandes en oxygène de leur corps. Cet air frais, si indispensable à leur bien être, est également distribué sous une autre forme, celle des émotions, ces poésies qui chantent en chœur et qui définissent des intérêts et des comportements, différents chez chacun d'entre eux mais bien présents. Et Zenno est un homme aux multiples intérêts, certains conventionnels et d'autres d'apparence un peu plus étranges pour qui n'y est pas habitué.

Lecture. Il faut lire pour chercher. Il faut lire pour affiner sa pensée, la confronter à d'autres et mettre des mots - les bons ! - dessus. Il faut lire pour se forger les bases d'une culture, il faut lire pour apprendre. Quelque soit ce que l'on veut faire dans la vie, quelque soient nos rêves, la lecture est toujours un bon point de départ, même si l'on ne recherche rien d'autre qu'un échappatoire temporaire permettant de s'abstraire du réel pour rêver. Et Zenno, il aime ça, lire. La lecture comme divertissement, la lecture comme réceptacle du savoir, la lecture comme outil du pouvoir, mais la lecture dans tous les cas.

Statistiques. Les nombres dansent et leur ronde décrit la réalité. Ni plus, ni moins. Ils la condensent comme par magie et rendent ce qui est accessible à qui sait les lire, à qui peut les comprendre. Il a un amour profond pour les statistiques. Même si certains disent qu'on peut leur faire dire n'importe quoi, ce qui est vrai, il suffit de comprendre ce qu'elles disent, ce qu'elles représentent pour avoir une meilleure compréhension du monde, quel qu'il soit. La puissance de cet outil, condensant des données s'étalant encore et encore en quelque chose de lisible le fascine tout simplement.

Folklore. Dans toutes les civilisations sur ce globe, l'imaginaire des hommes à donné naissance à des mythes, des légendes, des croyances. Et le jeune politicien aime en savoir plus sur toutes ces créations de l'esprit fertile d'une société, quelles qu'elles soient. Les bases sur lesquelles elles reposent, ce qu'elles révèlent sur l'inconscient de l'humanité et la nature humaine en général. En plus de tout ce qui à trait aux esprits de ce monde, il relègue les religions à ce rang, étant non-croyant.

Sociologie. La société dans son ensemble le fascine. La manière dont les différentes classes coexistent. Dont les inégalités y sont créées et reproduites. Dont les savoirs y sont produits puis transmis. Et bien d'autres choses encore, questions qui titillent toujours son intérêt et sa curiosité, renforçant encore et encore son amour pour cette discipline et la façon dont se tissent les interactions entre les individus.

Écologie. Les humains ne sont pas les seuls organismes à la surface de cette Terre et ne sont pas les seuls dignes d'intérêt. L'écologie est une discipline scientifique qui vise à étudier les êtres vivants au sein de leur environnement et la façon dont ceux-ci interagissent ensemble, s'intéressant à la complexité des liens ainsi tissés dans leur domaine. S'éloignant de la limite des humains, il arrive souvent à Zenno de se poser des questions d'ordre environnemental et cela fait bien évidement partie de tout ce qui l'intéresse.

Étoiles. Les étoiles sont ces êtres mystérieux qui sont arrivés d'on ne sait où et qui sont manifestement liés aux humains, la mort de l'un entraînant celle de l'autre. Disposant de pouvoirs magistraux, plus ou moins bien définis et capables de renverser aisément l'ordre de la société, ils seraient venus de l'espace, étoiles incarnées sur Terre sous l'impulsion d'une soi-disante divinité. Tout n'est pas encore bien défini sur les étoiles mais c'est un sujet qui le passionne, auquel il a consacré plusieurs années de sa vie avant de décider d’emprunter un autre chemin pour se confronter à elles, à ce que représente leur existence et pour leur fournir la place qui leur est due.

Individualité. Chaque personne est unique, disposant d'un caractère différent, de personnalités bien distinctes. Même si des groupes peuvent êtres identifiés à l'échelle de la société, une séparation doit être faite entre les individus. Comment se forme cette individualité, quels sont les limites de notre conscience quand à la compréhension et l'évaluation de ces identités et, tout simplement, pourquoi l'individu à qui il parle est différent des autres qu'il connaît ? Quels sont les détails de son histoire, de sa méthode de pensée qui le distinguent.

Harmonie. Guerre. Couleurs. Art. Des petits détails font qu'une harmonie est faite ou brisée et Zenno préfère pourtant toujours ce stade à quelque chose de plus chaotique et choquant. Il n'aime pas la violence et préfère la délicatesse et la raison - et non pas l'ordre. Il tient à ce que les choses aillent bien ensembles, à ce que les gens s'entendent bien et à ce qu'une certaine dose de logique soit respectée.

S'il est des choses pour lesquelles le cœur bat de toutes ses forces, montrant ainsi ses affinités et ses particularités, il en est qu'il renie au contraire. Que ce soit avec l'appui de la raison ou, au contraire, des raisons qui sont propres au cœur, il est des choses que l'on n'aime pas, que l'on ne supporte pas, que l'on hait.

Le noir. C'est une couleur, certes, mais c'est bien plus encore. Si il n'aime pas les objets abordant cette couleur, ça ne s'arrête pas là puisqu'il a peur du noir. Être enfermé dans une pièce sans aucune lumière, c'est sa peur la plus profonde. De fait, il tend à éviter le noir dans à peu près tous les objets qu'il utilise. Il n"a pas de raison d'avoir peur du noir, de ne pas apprécier une couleur mais c'est là quand même et il ne peut pas s'en débarrasser, même s'il le voudrait bien.

Le lien. Un être et un autre, qui ne se connaissent potentiellement pas, alors que l'un est supposé protéger l'autre. Lorsqu'une vie touche à sa fin, il en est de même pour sa vie-sœur. Si c'est une manière de contrôler les pouvoirs parfois violents d'une étoile, c'est surtout une injustice qu'il faudrait étudier, analyser et éradiquer, dans le calme et la bonne humeur.  

Le fromage. Il est des choses que l'on mange et d'autres que l'on ne mange pas. Des plats que l'on ne peut pas sentir, dont on ne peut tâter la texture à l'aide de sa langue sans les recracher immédiatement. Pour certains, il s'agit de choses comme du poisson ou des légumes verts particuliers. Pour Zenno, c'est le fromage. Il ne peut pas en manger. Et même s'il pouvait, il est apparemment devenu intolérant aux produits laitiers en grandissant donc il n'en mangerait pas quand même. Soyez gentils et n'essayez pas de l'assassiner.

Le manque de sérieux. Quand on fait une chose, on la fait bien. Quand on travaille, on travaille bien. Il n'y a pas vraiment de place pour des blagues et des facéties dans le monde de Zenno. Il a toujours été quelqu'un de très motivé, d'un peu borné, qui faisait ce qui lui plaisait mais qui le faisait bien. Pour ce qui est de décompresser de temps en temps, il a d'autres possibilités comme la lecture par exemple.

La richesse. Des gens dans le monde sont immensément pauvres tandis que d'autres sont immensément riches. Cette dernière catégorie de personne dispose de bien plus de moyens qu'elle n'en a besoin. Il n'apprécie pas du tout la richesse. Le fait d'avoir un revenu élevé n'est pas un problème, le garder pour soi alors que l'on ne peut pas réellement l'utiliser est là où les choses se compliquent. En tout cas, une chose est sûre, l'argent ne l'a jamais vraiment attiré.

Le sport. L’effort physique et ses sensations propres, cette poussée d'adrénaline qui advient au moment de dépasser ses limites, de donner le meilleur de soi-même. Soit on aime, soit on déteste. Et Zenno fait partie de ceux qui détestent, ayant toujours préféré les tâches plus intellectuelles à celles-ci. Faire quelque chose de manuel et produire un effort de nature artistique ne le gêne pas, tout comme le fait de produire des analyses en lien avec l'effort physique. C'est l'acte sportif lui-même qui lui déplait. Et sa médiatisation insensée.

L'économie. S'il y a bien une matière dans laquelle il n'a jamais excellé, c'est bien l'économie. Bien qu'on puisse y utiliser des mathématiques et des statistiques, analyser un marché et tenter d'en tirer profit ne l'a jamais intéressé. Tellement pas que, si vous lui aviez posé la question durant un examen, il aurait laissé blanc même s'il connaissait la réponse. N'ayant jamais cherché à comprendre ni à apprendre, il n'a pas vraiment de connaissance dans le domaine, si ce n'est des chiffres qu'il peut ressortir, mais aucun modèle valable.

Le hasard. Il est un adepte de la causalité. Si il conçoit l'existence de la liberté dans l'existence humaine et lui accorde une très grande place, il n'aime pas le hasard. Déléguer un évènement comme hasardeux ne lui plait pas du tout et s'appuyer sur sa chance - qui n'est pourtant pas mauvaise - n'est pas quelque chose qui lui convient. En même temps, il a toujours été plutôt du côté pratique que spirituel.

Toute cette histoire de goûts et de couleurs englobe généralement ce qui peut motiver un individu, ce qui peut lui permettre d'exercer son identité de manière indépendante mais cette identité, elle ne s'arrête pas à là et est bien plus complexe qu'il ne peut paraître, tissant et retissant des modes de réactions qui, devenant de plus en plus communs, finissent par être des adjectifs décrivant une personnalité, pourtant faillibles. Ce sont ces façons de réagir, de prendre la vie comme elle vient qui définissent par la suite un mode de vie.

Posé. Plus que calme, Zenno est posé. Il prend son temps avant de réagir et ne fait pas partie de ces personnes au sang chaud qui laissent leurs instincts prendre le dessus. Au contraire, il attend de s'être débarrassé de réactions qui s'apparentent trop à des réflexes avant d'agir et apparaît comme quelqu'un de très réfléchi.

Raisonnable. C'est une personne qui utilise la raison comme guide dans sa vie. Sa recherche de données objectives sur lesquelles fonder ses décisions ne l'empêchent toutefois pas d'effectuer des compromis et de savoir négocier quand le besoin est là. Il n'est pas idiot et ne va pas s'enfermer lui-même dans de mauvaises situations et, si le besoin se fait ressentir, peut mentir sans réfléchir.

Intelligent. Il apprend. Il aime apprendre. Et aimer apprendre, ça rend bon, surtout quand on y arrive facilement. Alors il fait partie de ces gens que l'on appelle intelligents. Parce qu'ils savent résoudre des problèmes et innover. Parce qu'ils disposent d'une culture et d'un esprit critique, qu'ils savent prendre du recul. Et qu'ils apprennent bien et facilement, emportés qu'ils sont par leurs passions. Rien de bien compliqué en soi mais, visiblement, ça a un nom.

Ferme. Il sait se montrer ferme et faire en sorte que l'on se rende compte des limites, quelles qu'elles soient. Si il ne veut pas quelque chose, il saura faire respecter son opinion, même si cela ne change pas nécessairement celle des autres. Il n'a pas toujours raison de toutes façons, c'est juste qu'il y a des points sur lesquels il est intransigeant, comme tout le monde.

Direct. Si il a un problème avec vous, il le dira. Si il pense que vous n'avez pas utilisé votre cerveau avant d'avoir posé une question, il le dira aussi. Il peut s'avérer très direct et blesser les gens en annonçant les évidences. Mais si ça peut les faire progresser, ce n'est pas important. Et s'ils ne progressent pas, il font quelque chose de travers, puisqu'ils ont témoigné du désir d'arriver ailleurs en posant ladite question. À vos risques et périls.

Éloquent. Il sait parler, s'exprimer. Et pas que verbalement, puisqu'il est tout aussi bien capable de charmer, d'envoûter avec ses mots que de fasciner avec son corps, de par des mouvements subtils et contrôlés. Ce n'est pas bien compliqué, il a toujours aimé ça et, en plus, il sait être clair et faire passer ses idées sans les compliquer, s'adaptant à son audience. Parfait pour un politicien.

Raffiné. Les choses ont un certains standing. S'il a un problème avec la richesse et les notions d'argent, les bonnes manières et le savoir-vivre n'ont jamais tué personne. Et prendre soin de soi et de son apparence non plus, c'est un fait. Ou alors, c'est que les gens qui sont morts ne savaient pas s'y prendre. Mais, dans tous les cas, il n'y a que peu d'excuses valables pour ne pas être raffiné ou aspirer à l'être.

Poète. À ses heures perdues, il se veut poète. S'il ne compose pas toujours haikus et vers, il a tout du moins le cœur d'un poète, fasciné par toutes les petites choses qui attirent son regard et est enclin à la rêverie. Il a publié un recueil mais il ne se consacre pas à cet aspect de sa personne, ne faisant vraiment que prendre des notes vis-à-vis de ce qu'il apprécie et ne se mettant pas en valeur.

Mais si Zenno est tout cela, il est également bien plus encore. Comme toute personne, il n'est rien d'autre qu'un organisme vivant, changeant et s'adaptant au milieu dans lequel il évolue. Et, qu'il le veuille ou non, une part de hasard le déterminera toujours, lui et la manière dont il réagit et dont il se comporte. Il n'a pas fini de livrer tous ses secrets.



histoire

Zenno n'a jamais été un génie mais il a toujours été passionné par ce qui l'entourait, par les merveilles que pouvait receler ce monde. Et, au lieu de rester émerveillé, il a voulu aller plus loin, voir ce qu'il y avait au delà de l'émerveillement, au delà des apparences. Chercher à comprendre comment quelque chose marche, comment les engrenages de l'univers fonctionnent, phénomène ou humain.

Japonais, il est né dans un milieu qui mettait en avant l'excellence mais il n'a pas attendu de se rendre à l'école pour commencer à épater les gens autour de lui, à s'intéresser aux choses. Marcher et parler. Chez lui, c'est arrivé plus vite que chez la plupart des enfants, ce qui a surpris ses parents. Si vous leur demandez, ils vous répondront sûrement qu'à cette époque déjà, il cherchait à étendre ses horizons, à découvrir toujours plus de choses.

C'était un enfant inspiré et inspirant, s'acharnant avec une rare volonté sur ce qui lui tombait sous la main jusqu'à l'avoir disséqué et compris. Mais c'était aussi un enfant qui passait souvent à autre chose. Les jouets si amusant que lui avait fabriqué sa mère, qui gagnait justement sa vie en vendant des jouets faits-main, ne faisaient pas vraiment long feu et il avait eu tendance à en vouloir toujours plus. Jouer, jouer, jouer, comprendre, jouer. Une vie de bébé.

Un rythme intenable toutefois, qui se finit bien vite avec l'entrée à l'école. Les premières découvertes de l'apprentissage - le vrai, pas juste lire un peu dans des livres ou comprendre comment fonctionnaient les formes - le passionna comme un coup de foudre, et il s'empiffrait de ce savoir, de ces bases qui l'intéressaient et faisaient naître un sourire sur ses lèvres. C'est donc naturellement qu'il réussissait. Cours, cours, cours. Tout était bon, dans le meilleur des mondes.

Là où il avait du mal, c'était avec les autres. Parler avec eux l'intéressait mais, d'une certaine façon, ça ne se finissait jamais bien à l'époque, parce qu'il en voulait beaucoup trop. Des discussions là ou les autres jouaient. Et refuser de jouer à trop de choses, préférant rester coincé dans son petit monde. C'était une époque relativement mouvementée mais ce n'était que passager.

Au bout d'un moment, il finit par s'ouvrir aux autres, par être capable d'échanger de façon constructive, sans monopoliser l’entièreté de ce qu'il se passait. Et à se détendre avec les autres si ça pouvait les rendre plus enclins à son égard, sans arrière pensée aucune. Il apprenait à communiquer, à s'intégrer au sein d'une société. Et il s'amusait bien, pour la plus grande joie de ses parents.

Société élitiste, le Japon le poussa encore et toujours plus haut. Il y serait allé de lui-même, vu l'immense motivation qui reposait dans son petit cœur enfantin, comme une tempête grondant sans que rien ne l'arrête, entraînée par la fougue de la jeunesse, quitte à délaisser le reste, à ne plus vraiment faire attention à ce qui l'entourait, juste à ses études, se voilant alors la face sur le monde autour de lui, pourtant tout aussi important et méritant son intérêt.

Études, concours, classements. C'était sa vie et il ne voulait que briller. S’illustrer au sein de ses études secondaires pour tracer le meilleur parcours possible dans sa vie sans trop savoir ce qu'il voulait faire. Sans doute avocat ou quelque chose comme ça, de reconnu par la société et de haut placé, un poste à la hauteur de ses capacités, il n'en doutait pas.

Apprentissage par cœur. Recrachage. Questionnaire à choix multiples. Rien de tout cela n'était bien glorieux mais il semblait y prendre un certain plaisir, se regarder dans le miroir et prendre un petit air supérieur. Il allait réussir sa vie, il le savait. Il était intelligent, ses notes le prouvaient. Et il allait tout mieux réussir que les autres.

Un lycée. Un très bon lycée, naturellement. Mais aussi des ennuis, un blocage. Face à tout ce qu'il avait ingurgité jusqu'à présent, tout ce qu'il avait fait, son esprit commençait à chanceler, à douter. Il continuait de grimper et, à chaque fois, d'autres gens étaient là, eux aussi. Toute notion de supériorité commença à s'effacer lentement de son esprit face à la réalité qu'il voyait, ces réalités qui ressemblaient à la sienne et qui montraient qu'il n'était rien de spécial, que cet enseignement qu'il avait suivi jusqu'à présent n'avait rien de particulier.

Alors il le rejeta. Tout ce sérieux vide de sens, idiot, il s'en débarrassa, préférant se réfugier encore dans la lecture, cette amie qui l'avait soutenue jusque là. Troquant les livres obligatoires et les manuels scolaires, il s'initia au reste. A la lecture comme divertissement, la fantasy par exemple. Aux contes et aux idées farfelues qu'avaient eu les gens à travers l'histoire, conduisant à la création d'un folklore bien particulier.

Il commença à s'intéresser aux étoiles et à la légende de leur existence dont il n'était encore pas encore sûr, n'ayant pas eu la chance de voir des pouvoirs à l’œuvre dans sa Tokyo natale, malgré l'immense densité de celle-ci. Il s'ouvrit à la pensée, à la philosophie et à la réflexion critique et, une fois de plus, le monde devint son terrain de jeu.

Les mutations dans la société qui l'entourait. Ce qui rendait une personne différente d'une autre. Tout un tas de petits détails qu'il n'avait pas remarqué commencèrent à devenir apparents, questions qui piquaient sa curiosité. Le gain de maturité lui permettait de prendre du recul, de nouer à nouveau avec ses intérêts premiers en observant, en réfléchissant. Et en ne se contentant pas de recracher.

Questions, questions, questions. Une soif d'apprendre ne peut être satisfaite que part l'apprentissage donc il poursuivit dans le système scolaire, atteignant un niveau universitaire satisfaisant, dans le but de poursuivre jusqu'à pouvoir consacrer sa vie aux recherches, à ces questions auxquelles il pensait encore et encore.

Double cursus. Le seul moyen de satisfaire un esprit qui s'envole allègrement à la rencontre de l'apprentissage, du savoir, de la compréhension du monde. Le seul moyen pour se sentir libre et voler, même si l'en-dehors avait autant d'importance que les cours qu'il suivait. Biologie, pour comprendre les organismes, la manière dont ils fonctionnaient et dont ils s'intégraient au sein de leur environnement. Et sociologie, pour des raisons semblables.

Mais les études n'étaient pas tout. Cela faisait quelque temps déjà qu'elles n'étaient plus tout et qu'il se diversifiait, devenait plus sain en quelque sorte. Des clubs. Des activités diverses qui ne le satisfirent pas forcément pleinement mais qu'il appréciait tout de moins énormément, jusqu'à ce qu'il finisse par choisir deux clubs. Théâtre et discours, deux faces d'une même pièce qu'il appréciait, jeu de langage et construction du parler facilitant sa clarté.

Un point culminant. Une thèse. De la sociobiologie, liant ses deux matières de prédilection dans la compréhension du fonctionnement des sociétés animales et de leur complexité. Mais, même si elle aboutit aisément, il ne continua pas dans cette voie-là, la délaissant pour une autre qui avait grandit au cours des années, un sujet qu'il voulait encore plus étudier. Il refusa donc un poste de chercheur permanent pour repartir dans une autre thèse et se spécialiser dans ce qu'il désirait, un sujet que bien peu étudiaient.

Étoiles. Ces êtres merveilleux qui le faisaient rêver. Il partit à Hoshikami, s'y établissant pour les années à venir puisque la ville était connue comme l'endroit où aller si l'on voulait en rencontrer, la première ville à avoir été visitée par une étoile, à en croire le folklore. Et des nouvelles études, sur les étoiles cette fois. Alliant encore une fois des questions d'ordre sociologique, telles que leur insertion dans la société, la manière dont elles étaient vues - ou plutôt mal-reconnues, celle dont elles la bouleversaient, et d'ordre biologiques, s'acharnant à comprendre ces êtres qui, tout aussi humains que lui, ne l'étaient pas, humain.

Un sujet spécial qui mène à des travaux spéciaux. Bientôt, il finit par travailler dans des laboratoires dirigés par le gouvernements, des contrats lui permettant de démissionner si le travail, dans sa particularité, ne lui convenait plus. Mais également des contrats qui lui demandaient de garder le silence, de ne pas parler de tout ça et de rester dans les rouages de l'état d'une façon ou d'une autre. Rien de problématique face à l'excitation de l'expérimentation, des réponses qui pouvaient peut-être être apportées aux questions qu'il se posait.

Mais Zenno ne pouvait pas rester infiniment dans ce monde. Tout aussi satisfaisant qu'il puisse être sur certains points, il ignorait de nombreux problèmes, en se focalisant sur les étoiles seules. Occulter leurs liens avec les humains, la manière dont elles évoluaient dans la société, il ne pouvait pas le faire. Et, si ce n'était pas occulté entièrement, il voulut faire quelque chose pour ça, et quitter les recherches qui ne faisaient pas avancer grand chose pour parler à la société elle-même.

Il ne le pouvait pas, néanmoins. Pas au début. Alors il poursuivit, gardant dans son cœur un désir d'aider les étoiles. Puis, un jour, un massacre. L'arrivée dans son laboratoire d'éléments violents, qui furent identifiés - ç'aurait été mieux s'ils étaient passés inaperçus. Des membres du Crépuscule qui voulaient des données - mais il ne les trouvèrent pas - et qui finirent par ravager l'endroit, emportant avec eux des étoiles présentes sur place.

Les tests qui avaient été effectués n'étaient peut-être pas totalement moraux, mais ils ne blessaient personne au final, de grands soins étant procurés à tout le monde. Alors que ce groupe, ces crépusculaire, venait d'éclater au grand jour comme une organisation terroriste, agitant des drapeaux de haines à l'égard de ce lien étoiles-humains, si peu compris. Et, surtout, accompagnés de cette violence qu'il déteste.

Arrêt. C'était un prétexte parfait et il commençait vraiment à en avoir marre, de devoir se limiter à tout ça et se plier à ce qui se passait ici. Alors il quitta son poste, gardant toujours le secret et décida de se lancer dans la politique à pleins poumons, sans trop divulguer ses idées toutefois. Après tout, il aurait été regrettable qu'on l'arrête au début parce qu'elles étaient trop particulières pour les partis en place, qui comptaient cacher l'existence des étoiles et ne pas s'occuper clairement des problèmes qu'elles soulevaient.

Une image publique soignée, comme toujours. Des mots bien choisis, des sourires, un peu d'argent aussi, même s'il n'aimait pas ça. Ça n'était pas si compliqué de rentrer dans ce monde où faux-semblants pouvaient côtoyer des idéologies, parfois proches des siennes. Alors il s'y immisça entièrement. Développer des plans, des idées politiques, réfléchir sur la société entière s’avéra encore plus intéressant que de tourner autour des étoiles sans jamais aborder le problème sociétal qu'il y avait autour.

Puis un nom retentit, un seul. Comme un coup de pistolet tiré face au pouvoir en place. Aurores. Et lui, il en faisait partie. C'était le travail de toute une vie qui commençait à porter ses fruits, bien loin de ce qu'il aurait pu imaginer étant plus jeune. Et ça ne faisait que commencer. Un moyen de s'occuper du lien, de mettre les choses au clair avec la population et de contrer l'attractivité idiote qu'exerçait le Crépuscule quand personne ne semblait admettre qu'il y avait un problème et que tous ne faisaient que l'éviter et fuir.





Aurore



Pseudo — Chlodwig Pfeiffer.
Vous; en cinq mots — Répondez vous même, vous savez.
Personnage sur l'avatar — Sanetoshi Watase.
Comment avez-vous découvert le forum — Top-Site.
Présence ( /7) — Je sais pas.
Pedobear ou bisounours — #TeamFromage
changerlelienparvotreimage100x100
http://hoshikami.forumactif.org




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 28
Date d'inscription : 20/03/2016
Age : 19
Avatar : Chocola Neko
Disponibilité : Dispo sauf pendant les cours
Post-it : Niaaa ~~ (Je suis le Dc de Lilith)

Carte d'identité
Occupation: Étudiante
Nationalité: Japonaise ~~
Lié à: Pan Richmond, viens petit n'humain que je te mange ~~
lycée; première année.

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 1:06

Wow ... Ca va être long à lire donc je le ferais plus tard en faite

Sinon tu es beau mon chéri ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 75
Date d'inscription : 04/05/2016
Age : 22
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Politicien
Nationalité: Japonaise
Lié à: Le Marchand de Sable
humain

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 1:08

Awn merci Yami :3

Bon bah du coup, quand l'inspiration va, tout va. Alors j'ai fini.
Et y'a une partie, je sais pas si ça passe, au niveau de son champ d'étude. Alors si y'a un problème, bah je changerai ça vite fait pour une étude purement vis-à-vis du floklore.

En espérant que ça plaise ~<3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 11:28

Comme d'habitude tu ne fais pas dans la dentelle mon cher Chlo Shocked
J'ai pas du tout le temps de lire mais je sens que je vais me régaler (et j'ai encore vu "fromage", semblerait que tous tes personnages soient voués à l'aimer hein? /paf)

J'aime beaucoup la ref! Je te ferais bien un avatar mais j'en ai plein en cours et je vais me faire frapper Ton personnage est cependant à la fois très raffiné et prestant, digne d'être un Aurore

Starry te validera lorsqu'il aura du temps ♥️♥️ SOIS PATIENT, GROS BISOUS
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 13:21

OOOOOOOOOOOOOOOOH LE RETOUR DE MON COMPAGNON DE ST VALENTIN !!
Viens on refait un rp comme ça, et du coup, j'aurais un autre badge de mauvaise partos /PAN
Re-bienvenue petit fromage !!
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 75
Date d'inscription : 04/05/2016
Age : 22
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Politicien
Nationalité: Japonaise
Lié à: Le Marchand de Sable
humain

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 15:15

Tu verras Fen, tu verras

Et quand tu veux, Amne. Tu parles d'un truc comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 145
Date d'inscription : 30/03/2016
Age : 19
Avatar : EVANGELION - Asuka Soryu Langley
Disponibilité : I'm free on week-end !
Post-it : présentationrelation
Parle en #F65754










Carte d'identité
Occupation: Police scientifique
Nationalité: Gallo-japonaise
Lié à: Kyou Arakawa
policier

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 15:42

CHLO ~ ♥️
Tu l'avais prévu depuis longtemps ton DC ?
En tout cas, je sens que le caractère, je vais mettre un peu de temps à le lire, gomen >>
Heureusement que tu as mis un adjectif en couleur pour avoir un aperçu, merci ~
RE-BIENVENUE



Fay t'es la meilleure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 57
Date d'inscription : 30/01/2016
Avatar : Uguisumaru de Touken Ranbu
Disponibilité : Un peu de place de libre

Carte d'identité
Occupation: Détective
Nationalité: Japonais
Lié à: James E. Collins
policier

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 15:43

Moi j'aime quand c'est long et j'adore les cheveux roses ♥_♥

*bouffe ses cheveux couleur barbe à papa *


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 75
Date d'inscription : 04/05/2016
Age : 22
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Politicien
Nationalité: Japonaise
Lié à: Le Marchand de Sable
humain

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Jeu 5 Mai - 16:34

Depuis longtemps ? Euh bah euh, pas du tout. J'avais autre chose de prévu mais j'arrive pas à faire ce que je veux avec alors ça attendra. Pour Zenno, j'avais juste quelques idées pas forcément très précises, j'ai commencé à écrire hier à vingt et une heure trente, tu sais XD

Et oui, c'est bien les cheveux longs *^*
Et les cheveux roses *p*
Et ça fait un rose de plus qui n'est pas crépu pour embêter Starless 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 414
Date d'inscription : 27/12/2015

Carte d'identité
Occupation: Inconnu.
Nationalité: Error 404.
Lié à: Hehehehe.
pnj

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Ven 6 Mai - 10:53

Mmmh, j'ai tout lu, ta fiche est géniale, mais pour some reasons j'attend un peu pour te valider ! (ça viendra vite ne t'en fais pas, j'ai juste besoin de chopper quelques informations supplémentaires)

Bienvenue à Hoshikami, et félicitation pour ta fiche /o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Sam 7 Mai - 20:30

Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 414
Date d'inscription : 27/12/2015

Carte d'identité
Occupation: Inconnu.
Nationalité: Error 404.
Lié à: Hehehehe.
pnj

MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   Dim 8 Mai - 13:54

avatarspouvoirsrelationshipsrole playhome

J'ai le plaisir de te valider !

J'ai beaucoup apprécié ta fiche, même si je t'avoue avoir eu un peu peur en en voyant la longueur /o/
J'adore la description point par point comme tu l'as faite, et ton personnage !
Bienvenue chez les Aurores et à Hoshikami, je te souhaite de bien t'amuser parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Zenno Nozaki | Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zenno Nozaki | Terminé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: Premiers Pas :: Présentations :: Validées-
Sauter vers: