Partagez | 
 

 "Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Invité
avatar



MessageSujet: "Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]   Dim 11 Sep - 10:33

Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?


Lorsque je vois la pendule de la bibliothèque affichant enfin 18 heures, je pousse un long soupir, me retenant de crier « ENFIN ». Longue journée, avec les examens qui s'approchent, les étudiants commencent à flipper grave. Du coup au lieu de n'avoir personne une fois les cours finis, la bibliothèque est envahit de boutonneux bien trop bruyants. Bon sang ce que je peux détester cette période, vivement qu'ils en aient finis avec ça. En plus aujourd'hui Kiku a encore joué son relou en m'empêchant de dormir, visiblement me raconter sa soirée super trop passionnante était bien plus important que de me laisser dormir. Et puis ayant du monde dans les pattes, je n'pouvais pas non plus glander comme d'habitude, à bouquiner à moitié avachi sur mon fauteuil. Bref, une dure journée qui est ENFIN terminée. Rapidement, j'me redresse pour prévenir les élèves qu'ils doivent foutrent le camp. Bien sur j'utilise un langage plus fleurie, mais ils comprennent qu'ils ne pourront pas négocier de rester plus longtemps. Il faut bien dix minutes pour que les lieux se vident alors que je suis en train de refermer les rideaux puis éteindre les ordinateurs. Soupirant mais heureux, j'me rends à la salle de prof pour pouvoir me changer. Dénouant ma cravate à peine arrivé, je me dirige à mon casier pour récupérer mon t-shirt à manche longue et mon jean/baggy. Comme tous les soirs, je vais m'enfermer dans les toilettes pour retirer mon costume de bibliothécaire et redevenir Charly. Quand je ressors j'ai une toute autre allure, mes collègues sont désormais habitués à ce changement et n'y font plus réellement attention. Je range mon costume avec les autres avant d'attraper mon skate et d'enfiler les écouteurs autour de mon cou. Rapidement j'salue les profs présents, et je quitte la salle. J'espère, que dis-je, je prie pour que Kiku n'me choppe pas sur la route. J'ai vraiment pas la tête à lui apprendre à faire du skate ce soir, surtout qu'le pauvre gars n'est pas très doué.

Je ressors sans encombre, non pas sans avoir couru, mais au moins je suis dehors, respirant l'air frais à pleins poumons. J'pose mon véhicule à roulette par terre et j'me mets à rouler. Je n'ai pas franchement envie de rentrer de suite, après tout j'ai passé ma journée enfermée à l'intérieur, alors j'aimerai bien profité du beau temps et de l'air frais. Du coup sans but précis, je me promène dans les rues, les écouteurs crachant leur musique dans mes oreilles et mon bonnet empêchant mes ch'veux roux de venir fouettés mon visage. Dans la salle des professeurs, j'avais pu entendre une discussion sur un p'tit café qui avait ouvert en centre-ville. Ne buvant pas d'alcool, je me rabats sur le café ou occasionnellement le thé. Et puis si c'est un bon établissement il doit aussi y avoir des desserts fait maison. Ni une, ni deux, mon skate prend une autre direction pour aller en ville à la recherche du salon. Je n'ai aucune idée de l'endroit où il peut être, tout ce que j'ai c'est son nom. Alors j'espère vraiment qu'il a une enseigne assez visible…

Après 45 minutes à tourner en rond, je finis par enfin atterrir devant le café, mon ventre criant famine alors que je pourrais tuer pour boire un bon thé bien chaud. Et forcément, avec la chance que j'ai, c'est fermé. Enfin non, ce n'est même pas encore ouvert. Je soupire, remarquant que les rideaux masquent l'intérieur qui est sûrement en travaux. Je lâche un juron, légèrement énervé, me demandant bien ce que je pourrais faire désormais. Quand je regarde l'heure il est déjà 19 heures… Pas étonnant que j'ai la dalle ! J'regarde une nouvelle fois la devanture, cherchant une indication sur le jour d'ouverture. Mais le propriétaire ne doit pas trop savoir quand les travaux seront terminés, puisque le panneau se contente de dire « ouverture prochainement ». Beh ouais, c'fou ce que ça m'avance ça. Je grommelle un peu et prends mon skate sous le bras. J'vais devoir me trouver un p'tit resto dans le coin avant de rentrer, j'suis pas sur d'avoir assez de motivation pour faire à manger ce soir de toute façon. Finalement j'aurais peut être du attendre Kiku, au moins ça m'aurait évité d'bouffer complètement seul. J'me tourne pour partir vers un resto que je connais bien quand j'sens un truc qui me percute de pleins fouet. Surpris, j'ai même pas le temps de réagir et j'retombe par terre sur les fesses, une jeune fille faisant de même devant moi. J'me relève rapidement, pour l'aider à faire pareil avant de m'excuser bien vite pour ne pas avoir fait attention. J'suis pas sur d'être complètement en tort, mais j'ai trop faim pour savoir qui est en faute de toute façon. Je la détaille un instant, c'est étrange elle me semble vaguement familière… Mais en même temps si j'avais rencontré quelqu'un avec une lune sur le front, j'pense que j'm'en souviendrai non ? Alors que j'allais reprendre la parole, mon ventre pousse un grognement monstrueusement bruyant. Vraiment pile poil au bon moment quoi ! Un peu gêné j'pose ma main sur mon ventre.

- D'solé, c'est que j'meurs de faim. J'pensais pouvoir m'empiffrer de gâteaux ici mais ça n'est pas encore ouvert apparemment.

Je hausse les épaules en soupirant. J'savais même pas pourquoi j'me justifias comme ça devant elle. Puis d'abord elle sort d'où cette fille ? Genre elle est tombée du ciel. Ouais à d'autres ! Ces histoires d'étoiles c'est que des conneries de toute façon. Bizarrement je jette quand même un bref coup d’œil au ciel avant de reporter mon attention sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 149
Date d'inscription : 28/12/2015
Age : 18
Avatar : human luna - sailor moon
Disponibilité : quand je peux (•́⌄•́๑)૭✧
Post-it : dc ; grim iejima
aka le connard

j'ai juste reboot fay-

ok maybe i'll rp
idk

www. pres'
www. relationships












Carte d'identité
Occupation: gérante d'un café
Nationalité: française
Lié à: Charly Blairs
étoile

MessageSujet: Re: "Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]   Lun 19 Sep - 20:56




"Puis d'abord il sort d'où ce type ?"
Charly & Céleste




Si elle avait empilé les cartons devant la porte, c’est tout simplement parce qu’elle était en train d’installer son bar avant de se coucher et qu’elle avait eu la flemme de les déplacer dans un endroit qui ferait paraître le café un petit peu moins… bordélique. Et c’était peu dire. Pour l’instant, elle avait juste l’impression de vivre dans un capharnaüm et elle avait dans l’idée que sans aide elle n’était pas prêt de s’en sortir. Sauf qu’elle n’avait ni employé, ni ami, ni rien d’autre qui lui permettrait d’améliorer sa situation, ce dont elle se lassait un peu à force. Elle laissa s’échapper un soupir. Encore, le bar était désormais propre et bien rangé, les cafetières sur un côté, les pressions de l’autre et ses pots à thés et cafés étaient derrière elle, rangé dans des compartiments en bois accrochés au mur, au dessus des différentes bouteilles. Sincèrement, si on ne regardait pas la porte d’entrée, il commençait à avoir de la gueule ce café, sinon c’était tout simplement la merde.

Quand elle était arrivé en ville, sortir était un chouilla trop risqué puisque les étoiles avaient un statut compliqué et qu’entre ses cheveux anormalement long et noir ainsi que la lune sur son front, elle ne faisait pas assez terrestre pour être ignorée des hommes. Résultat, elle était resté dans son appart à manger des pâtes qu’elle avait importé de France, elles même importées d’un autre pays bien qu’elle ne sache pas lequel ainsi qu’à manger des gâteaux qu’elle aurait du mettre en ventre au lieu de se goinfrer avec. On peut dire ce qu’on veut, les éclairs, c’est juste délicieux. Bref. Elle n’avait pas eu envie d’être catégorisée comme une alien qui envahissait la terre avec ses pouvoirs magiques - qu’elle n’avait absolument pas - et maintenant, elle en subissait les conséquences. C’est à dire un budget qui diminue et un café qui n’ouvrait toujours pas. Elle allait devoir trouver une solution fissa, sinon elle était foutue et elle n’avait pas vraiment envie de finir sa vie dans les rues japonaises, bien qu’elle soit sûre de pouvoir trouver un moyen de survi, bien qu’elle ne veuille pas vraiment admettre lequel.

Et dire qu’elle était venu ici dans l’espoir d’une vie plus agréable… ou pas. Elle était venue ici pour vivre comme n’importe quelle adulte normale, sans complication ni merveilles, ce qui n’était pas vraiment une réussite jusqu’à présent. Mais bon, elle n’allait pas non plus se laisse envahir par le passé, la nostalgie, la peine, la défaite, et caetera, et caetera. Après tout, elle avait offert un croissant à un pauvre homme dans le besoin dès qu’elle avait pu sortir de sa maison - et le contraste entre la dites maison et l’homme en question était assez... marqué. Elle n’allait pas en rire, mais la situation avait été assez cocasse, presque comique en fait. Mais il avait de jolis yeux après ! Bon d’accord, cette remarque n’était pas recevable. MAIS QUAND MÊME. Voilà.

Assez parlé du blond aux jolis yeux bleu, il fallait qu’elle sorte, qu’elle prenne l’air, qu’elle aille courir avec le même engouement que son enfance pour changer un peu de ces longs mois d’enfermement. Du coup, elle avait pris un jogging, un t-shirt assez ample pour qu’elle soit à l’aise et puisse suer en paix - ça, sale ? non, c’était juste plus pratique, point. - pendant sa course. Bon d’accord, c’était sale et même dégueulasse mais eh, à ce qu’elle en sache, les humains étaient des êtres libres. Et puis ce n’est pas comme si quelqu’un pouvait lui dire quelque chose puisqu’elle vivait seule et ne connaissait pas ses voisins… si elle en avait. Sa vie sociale était légèrement effrayante avec un peu de recul, plutôt triste même. M’enfin bon, elle ferait sûrement des progrès. Un jour. Peut-être… D’accord, c’était vraiment désespérant.

Elle avait fait son petit tour du pâté de maison de manière à ne pas se perdre et c’est toute en sueur qu’elle avait rejoint son chez elle tout en paniquant devant la porte d’entrée qui était bloquait avant de se souvenir que, comme toutes les restaurations, elle avait une porte de service à l’arrière qui lui permettait d’accéder à chez elle sans passer par le café. Elle était monté en sautant sur les marches une par une - histoire de bien suer encore plus - et elle s’était vite déshabillée pour prendre une bonne douche réparatrice. Une fois fait, elle s'était rhabillée, bien motivée à en finir avec ces cartons en commençant par déplacer les cartons de l’entrée à dehors pour les triers et les organisés, sauf qu’entre temps, en sortant, elle s’était clairement bouffé un gars. Enfin, elle l’avait percuté. Ou alors c’était l’inverse ? Toujours est-il qu’elle s’était retrouvé douloureusement par terre et elle était quasiment certaine que ses fesses lui en tiendraient rigueur pendant quelques minutes qui sembleraient sans fin avant que la douleur ne s’estompe.

Quand la main de l’inconnu s’était tendue vers elle, elle l’avait agrippé sans se poser de question pour se relever. Plus vite cette histoire était réglée, plus vite elle pourrait se mettre au boulot. Ou pas. Elle avait entendu le ventre du type gargouiller sans aucune retenue, dans la mesure où un gargouillement pouvait se faire discret et elle savait par instinct qu’elle ne le laisserait pas quitter les lieux sans avoir mangé quelque chose, même si ce n’était qu’un bout de pain. Et puis il avait l’air gentil. Bon, un peu jeune et un peu… rebelle dans son apparence mais peu importait après tout. Elle était comme ça et elle ne changerait certainement pas du jour au lendemain.

“ - D'solé, c'est que j'meurs de faim. J'pensais pouvoir m'empiffrer de gâteaux ici mais ça n'est pas encore ouvert apparemment. ”

Qu’est-ce que je vous avais dit.

“ - Je sais que c’est fermé, mais après si vous avez vraiment la dalle, j’peux peut-être vous trouver un truc, je dois plus avoir d’éclair parce que j’ai déjà tout mangé mais ça doit se trouver, j’ai passé mon temps à faire des gâteaux et tout en attendant de trouver le timing pour l’ouvrir parce que j’étais occupée. Au fait, moi c’est Céleste, et toi ? Tu as quel âge ? Je viens d'emménager alors bon je me renseigne sur les gens du coin. D’ailleurs, tu es du coin ? “


©TENNESSEE.




u.c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: "Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]   Ven 7 Oct - 13:04

Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?

Passer une journée à fantasmer sur des supers gâteaux pour au final se retrouver devant une porte close autant vous dire que c'est méga frustrant. Autant pour moi que pour mon bide. Celui-ci se met d'ailleurs à ronchonner une nouvelle fois. Je gromelle un p'tit "ouais, ouais", mais rien d'autres ne me faisaient envie pour manger. J'ai juste une furieuse envie de sucré. un long soupir s'échappe encore de ma bouche, regardant tristement la vitrine qui reste désespérément éteinte. Puis comme un malheur n'arrive jamais seul, j'me retrouve les fesses par terre. Putain c'que ça fait mal ! Ok je n'ai pas l'cul aussi rebondit que celui de Kim Kardashian, mais bordel ce n' devrait vraiment pas être aussi douloureux ! Le meuf juste en face a sûrement eu aussi mal que moi. Du coup en bon samaritain que je suis, je l'aide à se redresser. La jeune fille sent bon le gel douche, non pas qu'je sois fétichiste des odeurs à la sniffer comme ça, mais on sentait quelle venait juste de se laver.

Quand mon ventre ose protester une nouvelle fois, j'ai juste envie d'me planquer dans un coin. Mais à ma plus grande surprise la jeune femme est visiblement la propriétaire du salon dans lequel j'avais prévu de manger. Bizarrement le hasard fait plutôt bien les choses. J'souris en l'entendant dire qu'elle a déjà mangé tous les éclairs. Bon sang ça doit vraiment être le pied d'bosser ici ! Un peu comme pour moi qui peut lire pleins de livres gratos au boulot. Puis avant que je n'puisse dire quoi que se soit, les questions commencent à s'enchaîner. La brune ne semble plus pouvoir s'arrêter, débutant un flot de paroles interminable. Même pas le temps de répondre qu'une nouvelle question s'enchaîne. Au final je préfère attendre qu'elle la ferme pour pouvoir prendre la parole. C'est étrange lorsque j'entends son prénom particulier ça ne me surprend même pas. Après tout, ça colle plutôt bien avec son croissant de lune sur le front. Ce n'est que lorsque c'est à mon tour de prendre la parole que je remarque qu'elle s'est mise à me tutoyer. Encore une qui me prend sûrement pour un étudiant, ou alors la collision nous a rapproché sans que je le remarque ? Dans tous les cas, je ne vais pas me gêner pour la tutoyer en retour.

- J'm'appelle Charly et j'ai 24 ans. J'habite ici depuis quelques années et je travaille maintenant à l'Université.

Je pointe du doigt la vie qui mène à mon boulot, alors que Céleste est en train d'ouvrir la boutique pour que l'on entre. J'penetre dans une pièce sombre, qui semble encore en bordel. Enfin, surtout un coin de la pièce finalement, puisque le bar est assez bien dégagé. Curieux, j'me rapproche des boîtes en métal qui contiennent le thé. J'suis plutôt un inconditionnel du café mais peut être que je me laisserai tenter à un moment où a un autre. J'prends une boîte entre mes mains et l'ouvre doucement pour humer le parfum fruitée qui en emmène. Même sans m'y connaitre, j'sais déjà que c'est du bon thé en vrac. J'pose ensuite le contenant à sa place et regarde un peu autour de moi, la décoration est sympa. Avec un bon livre et un Kiku pas trop chiant ça pourrait faire un super QG.

- J'peux aider à ranger des trucs si tu veux ? Genre ces cartons là. En échange de quelques gâteaux comme ça.

Tout en parlant, je pose mon bonnet et mon casque audio sur une table. Ma tignasse orange ne ressemble pas à grand chose et quand je passe la main dedans pour l'ébouriffer un peu, c'est encore pire. Mon regard se pose une nouvelle fois sur la jeune femme. J'ai une étrange sensation. Le genre où vous vivez un truc puis vous vous dites "mais j'ai une impression de déjà vu, non ?". Actuellement j'ressens pareil quand je la vois. J'ai l'impression de la connaître mais j' n'arrive pas à me rappeler où est-ce que je l'ai déjà croisé ? Et puis si elle est nouvelle en ville, je ne vois pas comment je pourrais la connaître. J'hausse les épaules, puis passe à autre chose en me dirigeant vers les cartons à l'entrée. J'en soulève un en attendant les indications de la patronne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Puis d'abord elle sort d'où cette fille ?" - [PV. Céleste]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» |Selena Kristen Stiwart ♥ Une fille parmis tant d'autres...|
» Yooohohoohohho ! Puis-je voir votre culotte? [Pv Amy]
» ALEXYS ✖ La société est bien foutue, elle fout des uniformes aux cons pour qu'on les reconnaisse.
» A Quand la version 4.0
» [PV] c'est qu'elle est vachement grande cette maison hantée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: La ville et cie :: Nopperabō’s District :: Restaurants :: Marsh & Mallow-
Sauter vers: