Partagez | 
 

 There ain't no rest for the wicked. [Morvax]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
avatar


Messages : 105
Date d'inscription : 19/03/2016
Avatar : Neuro Nōgami - MTNN. ARTHUR MERCI ♥
Disponibilité : rp : 2/3!!
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Coiffeur.
Nationalité: Monténégrins
Lié à: aucune foutue idée.
étoile

MessageSujet: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Sam 20 Aoû - 17:37

There ain't no rest for the wicked.
Iason Strauss & Zeljiko Kabashi

Excellent ! Il est entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux… l’idéal ! (défis pourris de Gen) ✻✻✻

Être un parasite, c'est tout un art. Il faut constamment évoluer, changer de méthode, renouveler son stock d'idée et passer du temps à préparer juste la chose qu'il faut. Par exemple, ce n'est pas en deux jours que vous réussirez à faire croire qu'une baraque est hanté, non, il faut être patient. Parfois, c'est impulsif. Sans faire exprès réellement. Ce qui ne change rien à la satisfaction ressentit après coup bien sûr.

Enfin, passons, tout ça pour dire que depuis quatre petits jours, Zeljiko avait eu une idée, simple, peu coûteuse (au contraire) et assez hilarante pour le pauv' gars qui tombait dans son piège : la vente de drogue. Ou plutôt, la fausse vente de drogue. Le plan était simple, trouver des gens assez éméché pour croire à son charabia, si possible des jeunes voulant avoir de nouvelles expériences où des accros en manque, bien vulnérable, leur baratiner quelque chose comme quoi pour eux, il ferait un prix, se faire de la tune, rire et basta. Ce qui était drôle ? Les petits sachets de poudre blanche ne contenait pas de quoi faire planer, c'était juste un petit mélange de farine et de sucre. Du sucre pétillant bien sûr, histoire qu'en plus de se faire rouler, ces pigeons se fassent défoncer l'intérieur du nez.
Aujourd'hui, quatrième soir, dernier soir, il y avait trop de risques à continuer cette farce plus longtemps, en plus, ça devenait répétitif et ennuyeux. Le blond avait décidé d'aller en boite de nuit cette fois-ci, il n'était jamais allé deux fois au même endroit pour des raisons évidentes. Chemise noire sans manche (vu la chaleur qu'il faisait toujours dans ce genre d'endroit...), un pantalon légèrement plus clair, les cheveux attachaient par un élastique qui aurait très bien pus passer pour un bracelet et comme toujours, des gants noirs, il était habillé simplement mais certains détails le faisaient quand même ressortir de la foule, parfaitement ce qu'il recherchait, sans compter que sa taille le distingué des autres naturellement , les Japonais sont plutôt petits après tout.

Il était donc là, échangeant volontiers quelques ''danses'' avec deux où trois personnes avant de s'en débarrasser. Où se faisait les échanges de ce genre dans ces endroits ? Aux toilettes. Plus calme que le reste mais, tout aussi dégoûtants.
Il n'aimait pas ces nightclubs. L'odeur de sueur prédominante, les hommes et les femmes devenant vulgaires au possible, se faisant prendre en sandwich entre des inconnus sans éprouver la moindre honte. Zel comprenait, les gens ici voulaient être sexy, mais il ne trouvait pas que la débauche dans un endroit puant l'alcool soit la définition de sexy, de sensuel. Il y avait bien quelques gens sachant réellement danser dans la masse, ils étaient facilement repérables , ils réussissaient à se démarquer dans cet amas d'imbéciles. Pas besoin d'être vulgaire pour attiser le désir. C'était toute la beauté de la chose, comme Dita Von Teese l'avait prouvé.

Mais qu'importe, il s'appuya contre un mur des WC, parfait, il n'y avait vraiment pas beaucoup de monde, que des crevards. Il faudrait quelqu'un de seul, ou un duo pour faire son jeu... Un groupe de trois hommes partis, un solitaire entra. Petit sourire, lui ferait l'affaire. Pas l'air complètement con, ça risquait de ne pas marcher, mais Zel ne voulait pas rester trop longtemps dans cet endroit plein de germe de toute façon.

«Dit moi... » il chassa une mèche de cheveux de devant ses yeux, souriant légèrement, les bras croisés en toute confiance, «Serais-tu intéressé par de la... ''marchandise'' … ? » Simple, implicite mais direct, c'était le meilleur moyen de procéder.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 83
Date d'inscription : 05/07/2016
Avatar : Yuuki Terumi
Disponibilité : Toujours libre pour rp ~
Post-it :



Carte d'identité
Occupation: Concierge
Nationalité: Japonaise
Lié à: Takeo Satô
humain

MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Mer 24 Aoû - 20:22

Iason & Zeljiko
Il n'arrive pas à trouver le sommeil, une image tourbillonnant dans sa tête, fracassant son crâne comme le ferait une hache, l'empêchant de sombrer et de dormir. Il a les yeux ouverts, observant le plafond de sa petite chambre, songeant à se relever. Il est encore tôt, mais il doit se lever au aurore, le lendemain. Il a donc eu l'idée de se coucher avant neuf heures, frôlant les huit, mais dépassant les sept. Mauvaise idée vu qu'il ne fait que tourner et se retourner dans son lit, malmenant son oreiller et son matelas, délogeant la couverture et la replaçant sans trouver de position confortable. Et Morphée qui préfère le faire patienter plutôt que de le prendre dans ses bras ! Il en enragerait presque. Mais il est lasse. Lasse de cette fichue journée qui n'en finit pas, qui semble le torturer de plus en plus. Depuis que son étoile est entré dans sa vie, il n'arrive plus à dormir comme avant, son esprit embrouillé de questions inutiles et de désires qu'il préférerait étouffer.

Il tourne la tête en direction de son réveil, grommelle et se lève finalement, n'en pouvant plus d'attendre quelque chose qui ne viendra pas. Il a une autre idée en tête ; il n'a qu'à aller se dépenser un peu dans une boite de nuit. Se dépenser physiquement offrira une raison à son corps de réclamer du repos et, si ce n'est pas le cas, il pourra se vider un peu la tête en dansant. Sur cette décision, il s'habille, attrapant une chemise blanche qui ne ferme pas jusqu'à son buste, laissant entrevoir un torse plus ou moins mince et formé, ne possédant pas de bouton qui le ferme davantage. Il glisse un pardessus noir sur ses épaules et enfile un pantalon de la même couleur, moulant ses maigres formes. Il se déplace ensuite dans sa salle de bain, cherchant à se coiffer un minimum, sa chevelure plaquée vers l'arrière ayant été dérangée pendant la nuit. Une fois qu'il a remis deux-trois mèches rebelles à leur place grâce au pouvoir de l'eau, il s'en va de son appartement.

Le passage du bus, de sa folle traversée jusqu'à la boite n'étant pas franchement des plus folichons, Iason se trouve d'un joli petit bond vers le bâtiment tant convoité sans que personne n'arrive à comprendre par où il est passé. Et parce que tout le monde s'en fout, il se glisse à l'intérieur du bâtiment, après avoir payé son entré, observant les danseurs déjà présents. Il déplace parmi eux pour commander à boire, erreur qu'il ne refera plus jamais quand il voit les prix atrocement élevés, et il boit d'une traite son verre sans même le savourer, dégoûté par sa propre ignorance et ses voleurs. Il se place enfin sur la piste de danse et se permet de faire comme tant d'autres moutons autour de lui, ne cherchant qu'à se vider la tête. Il n'est clairement pas très bon danseurs, mais il se débrouille pour ne pas marcher sur des pieds ou bousculer trop de monde.

La nuit se passe plutôt bien, sauf qu'un petit con ivre finit par commettre LA boulette de la soirée ; il renverse le contenu d'un verre de bière sur la chemise si propre, si blanche, si éclatante d'Iason. Qui le prend très mal, surtout quand l'autre cherche à le tripoter en prétextant une envie de l'aider. Il le repousse brusquement, fou de rage et s'en va aux toilettes, bien décidé à rattraper tant bien que mal la connerie de l'autre empaffé. Il laisse passer deux-trois personnes et pousse la porte des sanitaires. Il ralentit nettement son pas en remarquant qu'il y a quelqu'un, un type relativement pas mal, agréable à regarder, aux cheveux bicolores. De la teinture se permet-il de juger, le trouvant tout de suite sympathique par cette similarité entre eux. La queue de cheval lui offre un beau visage qu'il ne peut pas s'empêcher d'admirer un instant, puis il hausse lentement un sourcil quand le bonhomme se met à lui sourire et lui parler. De la marchandise ? Il promène son regard sur le type, de bas en haut, de haut en bas, s'attardant au niveau du torse et de l'entrejambe. Il lâche un ricanement sortir d'entre ses lèvres avant de croiser son regard, un sourire malicieux et fouteur de trouble aux lèvres.

- Je doute que t'aie quoique ce soit d'intéressant à offrir, question corps. Sauf si c'est trèèès bien caché.

Bon, il a bien compris qu'il parle de drogue, mais tenter de le faire passer pour un gigolo sans le lui dire clairement, de manière sournoise, a été plus fort que lui. Mais il demande d'attendre deux secondes et place au niveau des lavabos, retirant son pardessus et sa chemise, faisant trempée un peu la deuxième pendant que le premier repose sur le rebord. Il grommelle et essore son vêtement avant de l'étendre un peu, histoire qu'il sèche avant qu'il ne le remette, et il se retourne vers le type à torse nu.

- Plus sérieusement, est-ce que c'est de la bonne au moins ? Et tu la vendrais combien ?

(c) sweet.lips


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 105
Date d'inscription : 19/03/2016
Avatar : Neuro Nōgami - MTNN. ARTHUR MERCI ♥
Disponibilité : rp : 2/3!!
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Coiffeur.
Nationalité: Monténégrins
Lié à: aucune foutue idée.
étoile

MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Jeu 25 Aoû - 20:51

There ain't no rest for the wicked.
Iason Strauss & Zeljiko Kabashi

Excellent ! Il est entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux… l’idéal ! ✻✻✻
Ah ! Il est tombé sur un rigolo. Zeljiko ricane à sa remarque, portant sa main à sa bouche. L'autre l'avait bien compris mais, avait tout de même choisi de l'insulter en premier lieu. Amusant comme démarche. Vexé ? Non pas du tout, le blond se tenait trop en haute estime pour être perturbé par de si fines paroles. Tient... Son haut est taché. Dans ce lieu puant l'alcool il est difficile de discerner l'odeur de bière donc Zel ne fait que spéculer sur diverses causes de ce carnage, enfin, il n'y a pas 36 possibilités et il décide qu'au final, il en a rien à foutre de ce qui a bien pu tacher la chemise blanche du type.

Il le regarde l'enlever, râlant entre ses dents et la passant sous l'eau. Il attend patiemment que son attention se retourne sur lui, ça ne prend pas longtemps. L'homme, torse nu, le questionne. Zel le regarde, prenant lui aussi son temps, des cheveux teinté de vert à ses chaussures, glissant son regard sur le pantalon moulant et sur le buste dénudé de l'autre. Teint pâle, corps plutôt bien fait, cicatrice lacérant son ventre, yeux étrangement dorés... Le coiffeur se doit de penser que la couleur pour ses cheveux est un bon choix, ça renforce son air de sale gosse et fait ressortir ses yeux. Enfin quelqu'un de pas totalement imbécile choisissant des couleurs au pif pour leur côté « sooooo emo ». Tch. Dommage qu'il a l'air crever, les cernes ne lui rendent pas justice. Minimes, mais rien ne passe sous le regard du bicolore.

Finissant son petit check-up (pas le moins du monde discret) du type, il lui adresse finalement un petit sourire faussement innocent, tellement faux qu'un aveugle pourrait le remarquer en fait. Pas que ce soit si important.
« C'est de la blanche~. » Il se redresse, cessant de s'appuyer contre le mur plein de miasme, il prend la liberté de s'avancer de quelques pas plus près de l'autre. « Et je serais tenté d'augmenter le prix pour ta remarque plus tôt, mais ce serait enfantin. De plus... Même si je la faisais plus chère, ça serait avantageux. Voyez-vous, mon prix est le prix occidental. » Ricanement, c'était son argument le plus vendeur. Pourquoi ? Parce qu'au Japon, le prix est deux fois plus élevé que celui d'Europe. Pour que ça fasse crédible, sa tête était suffisante, Zeljiko n'était pas Japonais, ça se voyait, ça fonctionnait. « Soit, 10 000 yen. Au lieu de 20 000 le gramme. ~»

Abordable, il pouvait encore baisser et trouver des excuses valables. Ça ne serait même pas vraiment suspect vu la dangerosité du trafic au pays du soleil levant. Si tu en as, tu ne la gardes pas longtemps. C'était connu. Tu liquides avant de te faires chopper, pas que par la police mais aussi par les Yakuzas et il ne fallait pas croire qu'une ville aussi dense qu'Hoshikami en était libre.
Faut être intelligent. C'est tout.

Il remit en place du bout des doigts une petite mèche de cheveux de l'autre qui partait dans le mauvais sens. Sans gêne, techniquement il lui rendait un service, n'était-ce pas adorable de sa part ? Qu'importe, il l'avait fait et il n'y avait pas de quoi péter un câble, ses gants étaient propres. Tsk.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 83
Date d'inscription : 05/07/2016
Avatar : Yuuki Terumi
Disponibilité : Toujours libre pour rp ~
Post-it :



Carte d'identité
Occupation: Concierge
Nationalité: Japonaise
Lié à: Takeo Satô
humain

MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Sam 3 Sep - 19:55

Iason & Zeljiko
Une odeur d'urine séché agresse ses narines, empeste l'air plus efficacement qu'un flacon de parfum bon marché qu'on aurait jeté au sol. Les murs blancs comportent leurs tâches, souvent non-identifié et qu'il ne vaut mieux pas connaître si on tient un minimum à son état mental. L'une des cabine, la porte ouverte, montre un wc des plus sales, qui a connu son lot de visiteur, qui a bien vécu et à bien servi son pays. Impossible de ne pas remarquer les traces brunes sur la cuvette, preuve que certains imbéciles ne savent pas toujours pas viser après la majorité, ou qui ont trop bu pour s'en soucier. Des tags se sont invités sur les parois, certains ne voulant rien dire, ou seulement de la personne qui a eu la brillante idée de placer sa plume dans les chiottes d'une boite de nuit. L'idée de con, quand même !

Il n'y a donc rien qui permet de faire monter la température, de se dire qu'on peut tenter un rapprochement. Parce que ça pue, ici et que personne ne veut s'éterniser dans une pièce qui fouette. Mais pas les deux idiots qui se font face, l'un à moitié à poil et l'autre cherchant à vendre sa petite marchandise, en toute illégalité. Chacun se détaille, se regarde, sans aucune discrétion, comme deux hommes qui se comparent, qui se défie visuellement. Mais il n'y a aucune conation sexuel, rien que de l’esbroufe. Rien qu'une vision agréable qui ne dépasse pas les limites. C'est mieux comme ça. On ne se tape pas les personnes suspectes, c'est le code de conduite du verdâtre. Pas question d'attraper le sida.

Le bicolore se décolle de son mur et prend la liberté d'approcher, comblant petit à petit la distance entre eux. Iason se méfie un peu, mais il le laisse faire, l'écoutant tranquillement proposer son prix avant de grimacer. 10 000 yen le gramme, c'est cher. Il ne connait bien entendu pas les prix de la drogue, n'en ayant jamais touchée, mais il sait qu'il pourrait acheter pas mal de bouffe avec ça. Il hésite donc à accepter cette offre, pesant le pour et le contre. Il y a trop de l'un. Ca ne vaut probablement pas le coup. Mais il pourra toujours regretter plus tard, non ? Il paraît qu'il faut pouvoir profiter de la vie, tout tester à petites à dose pour ensuite affirmer y avoir déjà goûter.

Il est encore en train d'hésiter quand le trafiquant se permet de toucher une de ses mèches vertes pour la remettre en place, faisant écarquiller les yeux du propriétaire qui ne comprend pas très bien cette... Proximité. Il ne supporte pas que les autres le touchent. Mais son excuse est différente des autre, ne pouvant pas s'empêcher d'apprécier le contact d'autrui, chose qu'il préfère cacher, quitte à en devenir un pur emmerdeur.

Voilà peut-être pourquoi il balaie cette main malvenue avant qu'elle ne s'abaisse, la frappe de sa paume. Il a le visage qui s'est assombrit, qui regarde le type d'un oeil noir. Comment ose-t-il le toucher ?! Il n'en a pas le droit ! Et il compte bien le lui montrer, se redressant autant qu'il le peut, les bras se croisent sur son torse nu, tentant de paraître menaçant.

- Si tu veux espérer vendre ta merde, ne me touche plus.

Il relève un peu le menton, dans une attitude hautaine, pouvant se le permettre. Un trafiquant n'est que la merde de la société, un type qui préfère vivre de façon illégale plutôt que de suivre le droit chemin. C'est bien un "métier" qu'il déteste. Parce qu'il est presque trop facile de devenir ce genre de délinquant, pouvant s'offrir pas mal d'argents s'il n'est pas attraper. Lui doit se contenter de son petit salaire sans avoir la possibilité de pouvoir rêver à une vie de richesse.

- Fais moi voir ton truc. Je vérifie toujours la marchandise.

Il exige de regarder pour emmerder ce con. Le toucher a été une grave erreur et il va comprendre l'idée qu'un client est roi. Surtout s'il veut pouvoir continuer à vendre son bordel dans le coin. S'il refuse, il fera en sorte de trouver le patron de l'endroit et de le faire bannir de la boite, dans le meilleur des cas.

(c) sweet.lips


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 105
Date d'inscription : 19/03/2016
Avatar : Neuro Nōgami - MTNN. ARTHUR MERCI ♥
Disponibilité : rp : 2/3!!
Post-it :

Carte d'identité
Occupation: Coiffeur.
Nationalité: Monténégrins
Lié à: aucune foutue idée.
étoile

MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Mer 7 Sep - 19:04

There ain't no rest for the wicked.
Iason Strauss & Zeljiko Kabashi

Excellent ! Il est entreprenant, agressif, excessif, jeune, insolent, vicieux… l’idéal ! ✻✻✻

Il hausse un sourcil, regardant sa main vulgairement chassait, presque pensif avant de courber ses lèvres en dégoût apparent. Toucher les gens, c'était une chose, être touché s'en était une autre et lui non plus n’appréciait pas ça. Stupide humain, penser qu'il valait mieux que lui. Mais soit, il devait respecter le veux de ce dernier, il n'aime pas le contact, il comprend parfaitement, de plus, c'est tout à fait normal d'être encore plus rebuté face à un dealer, même si ce dernier ne faisait que jouer un rôle.
Ainsi, le blond recula d'un petit pas, les mains derrière son dos, signe qu'il ne ferait plus de gestes envers le Nippon, sans pour autant demander de l'excuser, il ne fallait pas espérer plus de ''gentillesse'' de sa part non plus. Ça devrait lui faire plaisir à l'autre là, comme s'il obéissait à son ordre.
En plus, voilà qu'il se donne un air, un air de maître, comme s'il le regardait de haut malgré la différence notable de taille entre les deux individus. Ridicule. Personne ne prenait Zeljiko de haut. Parce qu'il était bien trop imbu de sa personne pour les prendre au sérieux. Il hésitait entre rire et lever les yeux au ciel, mais ça énerverait sûrement trop le petit garçon et il n'avait pas fini ses affaires. Mais en même temps, ce n'est pas comme s'il en avait besoin de cet argent.
Alors il rit, un ricanement moqueur comme il savait si bien les faire. Ce protozoaire allait bien voir que le bicolore n'était pas un de ces idiots qu'on peut croiser bien trop souvent un peu n'importe où.

« Tu vérifies toujours ? Voyez-vous ça... Tu me prends vraiment pour un arriéré.» A son tour, il se plaça comme étant une personne supérieure, sourire arrogant placardé sur son visage. Il en fallait bien plus qu'un faux punk à la chemise tachée et quelques mots autoritaires pour lui faire perdre sa superbe et il espérait que le message était reçu.

« Je mettrai ma main à couper que c'est ta première fois. Si tu étais vraiment un connaisseur, assez bon pour distinguer la bonne et la mauvaise, alors tu connaîtrais les prix. » Il ne bougea pas, il n'avait pas besoin de se rapprocher pour son point et puis, ainsi, il respectait la promesse silencieuse qu'il lui avait un peu plus tôt. « Et si tu connaissais les prix, tu n'aurais pas réagi de cette façon à mon annonce.» Observateur un jour, observateur toujours, qui aurait grimacé à l'entente du prix qui aurait ravi les junkies ? Quelqu'un a qui ça ferait mal au cul de débourser une somme pareille pour seulement se défoncer, si le type était un régulier comme il le laissait entendre, ce serait de l’intérêt et de la méfiance qui aurait animé son visage, pas autre chose.
Cependant, même en devinant ceci, il ne souhaitait pas lui montrer la ''marchandise''. Son petit mélange était assez convainquant pour l'œil, pas de problème avec ça. En revanche, ça se corsait un peu plus à l'étape olfactive, la farine n'avait pas vraiment d'odeur, mais le sucre pop qui constituait une des parties les plus amusantes pour lui en avait une. Faible certes, mais toujours présente. C'est pour cela que la vente se passait majoritairement dans des endroits empestant l'alcool, le moisi ou l'urine, si quelqu'un voulait vérifier, il aurait beaucoup plus de mal à remarquer le pot au rose. Mais le risque de découverte n'étant pas égal à zéro, Zeljiko préférait éviter un check-up. C'est tout.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 83
Date d'inscription : 05/07/2016
Avatar : Yuuki Terumi
Disponibilité : Toujours libre pour rp ~
Post-it :



Carte d'identité
Occupation: Concierge
Nationalité: Japonaise
Lié à: Takeo Satô
humain

MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   Dim 13 Nov - 11:36

[hrp > désolé pour le temps de réponse, en espérant que celle-ci te plaise >w<]

Iason & Zeljiko
Oh comme il est fier comme une crotte ! Il a tout de même fait reculer cet abruti d'un petit pas, mettant enfin une distance acceptable entre eux. L'autre a déjà l'air plus inoffensif qu'avant, les bras tranquillement placés dans le dos dans une attitude décontractée et très innocente. Tss, même en battant en retraite, il garde une attitude de beau-gosse, un certain charisme. Saloperie de drogueur ! Mais il ne peut pas s'empêcher de sourire comme un con, face à sa mini victoire sur le plus grand. Il a de quoi être content de lui-même, quand même !

Sauf qu'il dégante vite face au ricanement du type, qui résonne dans les toilettes, et qui sonne comme étant moqueur. Un frisson le parcourt en l'entendant, mais ce n'est pas un frémissement de désir ou de plaisir, nann, mais plutôt de colère, d’anticipation ; il a déjà eu droit à ce petit rire mauvais, à tel point qu'il connait pratiquement la suite. Il hausse ainsi un sourcil, quelque peu perplexe, perdant peu à peu son sourire. Il plisse même les yeux et rejuge ce bonhomme, qu'il a pris pour un pauvre con sans cervelle. Non seulement il semble avoir un cerveau, mais il sait se servir de sa langue acérée. Misère.

L'homme se redresse, arrive à prendre toute la place juste en remettant son dos droit, ses lèvres s'étirant sur un sourire hautain. Et ça, juste après lui avoir fauché les jambes en parlant, le laissant sur le cul. Merde. Oui, il l'avait pris pour un arriéré, mais se le faire entendre dire n'est pas une chose facile à assumer. Surtout pas avant d'avoir pu l'injurier.

Les mots suivants le font grincer des dents. La première fois. Il ne s'imaginait pas que sa tronche le montrerait autant et il se maudit d'avoir un visage qui exprime aussi facilement ses expressions. Le pire, c'est qu'il ne sait pas comment tourner la situation à son avantage, observant, les yeux arrondis, la suite et laissant son cerceau rester sur le mode off un court instant.

Quand il peut enfin en placer une, il ne dit rien, restant silencieux pendant plusieurs secondes, toujours aussi perplexe. Il ressemble sans doute un peu au gamin qui fait une connerie et qui a été pris sur le fait par un de ses parents. Mais petit à petit, la tension monte, les mots prennent place dans sa tête, ses nerfs commencent à bouillir et ouvre la bouche pour pouvoir engueuler ce pauvre type qui ose le remettre à sa place... Mais un connard entre au même moment dans les toilettes, poussant la porte en titubant, l'air ivre. Il semble même se moquer complètement du regard noir que lui jette Iason et va pisser tranquillement là où il doit. Ca ne prend pas longtemps, mais les secondes semblent s'étirer pour le verdâtre et celui-ci préfère regarder de manière mauvaise le vendeur de drogue, les joues rouges de rage.

Le ivre finit sa petite affaire avant de se retourner et capter qu'il n'est pas le bienvenue. Il s'enfuit donc sans même prendre la peine de se laver les mains, sous la mine légèrement dégoûté du vert. Celui si finit par grommeler. Enfin seul, mais ses phrases assassines se sont enfuis pendant que l'autre pissait ! Il se frotte le visage avant de remettre son haut, préférant éviter de se retrouver plus longtemps à torse nu face au bicolore.

- Peu importe. Je pense que je vais me barrer et faire remarquer à un personnel du coin que quelqu'un s'amuse à vendre des trucs dans les chiottes. Sûr qu'il n'acceptera pas.

Il lui jette un mauvais regard, une nouvelle fois, préférant cette expression à la grande lassitude qui vient de grimper sur lui, qui le fait voûter légèrement les épaules et perdre peu à peu de son agressivité. Il devrait s'avouer vaincu, déjà grillé et cuit, mais il ne peut pas.

- Je pense que tu devrais filer pendant qu'il est temps.

Son sourire n'est pas bienveillant ni encourageant. Iason se décale du lavabo et s'engage lentement vers la porte avant de s'arrêter pour tourner vers le plus grand, son portable entre les pattes. Il lève l'appareil et, vif, se permet de prendre une photo. Avec flash. Qui détruit biennn les yeux si ont le regarder directement.

- Une petite photo souvenir pour moi.

(c) sweet.lips


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There ain't no rest for the wicked. [Morvax]   

Revenir en haut Aller en bas
 
There ain't no rest for the wicked. [Morvax]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oo-Supernatural-oO No Rest for the Wicked || Forum RPG
» [F] ▲ CHARLOTTE FREE - ain't no rest for the wicked
» Sloan H. Bernstein ▲ ain't no rest for the wicked
» Sloan H. Bernstein ▲ ain't no rest for the wicked
» no rest for the wicked.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: La ville et cie :: Uwabami’s District :: Boîte de nuit-
Sauter vers: