Partagez
 

 Être de celles [Menma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Avalon Caldwell


Messages : 17
Date d'inscription : 20/06/2016
Avatar : Sheryl Nome, merci Menma ♥
Disponibilité : Liiiiibre
Post-it : Être de celles [Menma] 296127mmoiredemerde
Être de celles [Menma] 694578relecture

fiche - liens

Carte d'identité
Occupation: Propriétaire d'une boutique de tissu
Nationalité: Australienne
Lié à: Menma ♥
étoile

Être de celles [Menma] Empty
MessageSujet: Être de celles [Menma]   Être de celles [Menma] EmptyMar 5 Juil - 16:29

Être de celles


Menma Shizumo | Avalon Caldwell




-----------------------------------------------


D'une langueur qui n'a d'égale que sa paresse, son corps se mouve sur le vieux parquet à la recherche de la moindre parcelle d'énergie stockée dans son être tout entier, ses terminaisons nerveuses s'étendant en elle comme des racines le feraient dans le sol à la recherche d'eau. Les yeux mi clos, la bouche entrouverte, chassant les résidus de sommeil restant sur ses cils elle se redresse en position assise, s'étirant comme un chat au soleil, elle sait qu'elle doit se lever, qu'elle doit enfiler quelque chose que les japonais appelleraient de plus décentpour ouvrir la boutique. C'est ça le problème avec ce commerce, un peu comme une roulotte indépendante allant de ville en ville, les horaires varient en fonction des cycles de végétation de la jeune femme. Mais aujourd'hui elle a un rendez-vous, et les rendez-vous c'est spécial, son éternel sourire enfantin accroché au visage elle file prendre une douche et enfiler une sorte de combishort sans manches.

Elle pense à la rencontre qui va avoir lieu dans quelques dizaines de minutes, quel type de personne commande encore de nos jours un kimono traditionnel fait sur-mesure, bien que ce soit un bon point pour elle. Avalon sautille d'excitation vers les étagères de tissus qu'elle a elle-même arrangés et soigneusement doublés, passant en revue ce qui pourrait faire l'affaire de la commande qui va suivre la rencontre prochaine. Les motifs fleuris sont en règle générale les plus prisés mais tout dépendra des goûts et de l'utilisation que voudra en faire le client, par principe elle sort donc plusieurs échantillons et les pose sur le comptoir pour pouvoir les présenter et se donner une idée, sans oublier de se cogner le pied dans le bas du meuble de bois verni. Épuisée par tous ces mouvements et en se plaignant chouineusement dans le silence de ce qui l'entoure, elle retourne s'affaler en boule dans le fauteuil près de la grande fenêtre du fond, en plein dans la flaque de soleil matinal, exposant sa peau blanche aux rayon UV, tel un Cullen suicidaire sur une place italienne, elle en brillerait presque.

Ses cheveux d'or tissent ses songes et ses rêveries, tapissent son nid improvisé et ses yeux myosotis bercent de lumière le doux son de sa respiration qui se stabilise et ralentit doucement, se fait plus profonde, elle ne dort pas mais c'est tout comme, pleinement consciente de ce qu'il se passe à l'extérieur elle est tellement focalisée sur l'énergie qu'elle tire de la luminosité qui caresse son épiderme qu'elle ne réagit déjà presque plus aux stimulus physiques autres que la douce chaleur qui l'enveloppe. Seul le bruit de la clochette de la porte d'entrée la tire de sa rêverie dérivative, elle passe ses jambes par delà l'accoudoir pour se relever lentement et aller jusqu'à la porte et recevoir ses invités, c'est le début d'un jour de travail un peu plus chargé que d'habitude.

(c)Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous



Être de celles [Menma] Empty
MessageSujet: Re: Être de celles [Menma]   Être de celles [Menma] EmptyMar 5 Juil - 17:34




Des boucles d'or...

Il fait beau aujourd’hui, tu ne trouves pas Grand-Mère ? Encore aujourd’hui c’est un jour important dans ma carrière de mannequin. Et pour une fois, je dois bien t’avouer que je suis totalement excitée de travailler. Tu te demandes certainement pourquoi ? C’est bien simple. Hier ma manager Rebecca m’a appris que le prochain shooting sur lequel je vais poser, aura comme thème le Japon d’antan. C’est tellement excitant, je vais pouvoir me vêtir comme les femmes de cette époque-là, tu imagines, moi dans un magnifique kimono. C’est vraiment un vêtement chargé d’histoire j’ai vraiment hâte de faire ce shooting. Tu comprends bien maintenant que je me sois levée aussi tôt. C’est parce que pour faire un shooting de la sorte, il me faut un magnifique kimono et sur mesure. Et c’est ce matin que nous nous rendons dans une boutique exprès pour cela. Tu en as déjà porté une fois dans ta vie Grand-Mère ? J’espère que oui, après tout tu étais plus proche de l’antan que moi, tu en as forcément profité.

Actuellement je me trouve déjà en route avec Rébecca, elle me semble de bonne humeur aujourd’hui, d’ailleurs. Elle ne m’a pas encore réprimandé, c’est que vraiment cette journée commence vraiment bien. Cela serait presque étrange Grand-Mère. Quand la chance me sourit de la sorte, généralement c’est qu’il va se passer quelque chose en suivant. Je le sens, il faut que je reste sur mes gardes, même si actuellement je n’ai qu’une envie c’est de chantonner en sautillant. Non, je ne suis pas une enfant, Grand-Mère. Je veux juste montrer ma joie et ma bonne humeur, la faire profiter au monde entier et de préférence aux morts encore sur Terre, que j’aperçois de temps en temps. Je suis désolé mes amis fantômes, mais aujourd’hui je n’ai vraiment pas le temps, je passe mon chemin pour cette fois, mais demain je vous assure que je viendrais vous rendre visite. Je souris gaiement alors que j’aperçois la pancarte. Nous y sommes presque. Rébecca regarde sans plus tarder sa montre, s’assurant d’être pile à l’heure, si ce n’est un peu en avance. Le temps c’est de l’argent comme elle aime si bien le dire.

C’est donc dans cette boutique de tissus que la personne qui va s’occuper de moi se trouve. Ne trouves tu pas cela captivant, Grand-Mère ? Il y a tellement de couleurs dans cette vitrine, de motifs aussi magnifique les uns que les autres. Rébecca ne tarde pas à jeter un coup d’œil en ma direction, c’est elle qui avait tout planifié, prit le rendez-vous et par la même occasion donné les directives à la propriétaire des lieux. A mon souvenir c’est un kimono fleuri, mais dans les couleurs de l’automne que j’allais devoir porter. C’est tellement mélancolique… j’adore vraiment ce sentiment.

Il est l’heure. Tu vas voir je vais vraiment me donner à fond pour ce boulot, comme ça je pourrais dire à Shana que le temps d’une journée j’ai pu porter les mêmes vêtements qu’elle. Elle en sera tout sourire, je le souhaite en tout cas. Je me sens si légère, alors que ma manager ouvre la porte. Gratifiant la propriétaire d’un bonjour très poli. Je reste derrière elle m’avançant dans la petite allée. Je suis toute excitée. Je suis tout sourire suivant Rébecca, celle-ci finissant par s’arrêter devant la propriétaire se courbant légèrement, je me presse de faire la même chose.

« Merci d’avoir accepté notre offre. C’est un plaisir de travailler avec vous. »

Rébecca toujours aussi polie. Elle finit enfin par se redresser. Je fais de même, j’avais l’envie de pouvoir poser un visage sur la personne qui allait s’occuper de moi aujourd’hui. Et cela apparut pour moi comme un flash. Mes yeux se redressèrent en sa direction. Et c’est en cet instant que mon cœur, marqua comment dire… comme un raté. Une belle femme à la peau pâle et aux cheveux dorés se tenait devant moi. Mais mon visage venait de tourner au rouge cramoisi. Qu’est-ce qu’il m’arrive ? Grand-Mère, je ne comprends pas, je me sens tellement légère. La vision de cette personne me rassure. J’ai une sensation bizarre dans le corps, jamais je n’avais ressenti cela auparavant. Que faire ?

Je baisse instinctivement les yeux. Laissant Rébecca expliquer une nouvelle fois les directives. Kimono dans le style automne, tout le blabla. Et elle finit par me présenter.

« Je vous présente la mannequin qui portera votre œuvre. Menma Shizumo, elle est un peu maladroite par moment mais ne vous en faites pas, quand il s’agit de boulot elle s’applique… Maintenant je m’en remets à vous. »

Petite courbette de plus, et la voilà qui s’éclipse vers la porte d’entrée pour passer quelques coups de fils. Mais ! Pourquoi ? Elle compte me laisser seule, alors que je ne sais même pas ce qui m’arrive ? Ce n’est vraiment pas le moment. Je redresse enfin une nouvelle fois les yeux vers la blonde. Hésitante. Grand-Mère, tu m’as toujours dis de ne rien cacher n’est-ce pas ? Je finis enfin par ouvrir la bouche.


« …Dites-moi. Je ne comprends pas bien, ce qui m’arrive, mais il semblerait que vous ailliez une certaine influence sur moi…. Est-ce que je suis seule à me sentir aussi bizarre ?! »

Que dire de plus ? Grand-Mère, elle va vraiment me prendre pour une folle.

Revenir en haut Aller en bas
Avalon Caldwell


Messages : 17
Date d'inscription : 20/06/2016
Avatar : Sheryl Nome, merci Menma ♥
Disponibilité : Liiiiibre
Post-it : Être de celles [Menma] 296127mmoiredemerde
Être de celles [Menma] 694578relecture

fiche - liens

Carte d'identité
Occupation: Propriétaire d'une boutique de tissu
Nationalité: Australienne
Lié à: Menma ♥
étoile

Être de celles [Menma] Empty
MessageSujet: Re: Être de celles [Menma]   Être de celles [Menma] EmptyMar 5 Juil - 19:55


Le tintement de clochette retentit en elle et sonne le départ d'une nouvelle aventure dont elle ne connait encore ni la destination ni le type de voyage qu'elle va faire pour y parvenir. Elle se retrouve rapidement nez à nez à deux têtes baissées en signe de salut, qu'elle retourne un peu en retard, le manque d'habitude d'une culture qui n'est pas la sienne à la base. Cette attitude professionnelle refoule son côté enfantin naturel pour venir le remplacer par un professionnalisme qui sera bien vite balayé par autre chose. D'un sourire calme elle redresse la tête, se concentrant sur la première des femmes entrées et qui lui a parlé.

« Enchantée de faire votre connaissance, je suis sûre que nous allons réussir à travailler ensemble sans problème. »

Elle fait un mouvement du bras pour les inviter à passer dans la partie repos de la boutique, où elles pourront s'asseoir et discuter plus avant des affaires qui les amènent à travailler avec elle avant de poser les yeux sur la jeune femme accompagnant la première, qui s'éloigne d'ailleurs pour répondre au téléphone, ce à quoi elle ne porte absolument plus attention. Tout son être est accaparé par la présence de cette jeune femme, de qui elle ne peut détourner les yeux, entièrement fascinée par cette profonde attraction qui la lie à elle. Avalon n'a pas besoin de comprendre, c'est inné, comme une mère à qui on dépose pour la première fois son enfant dans les bras. Elle a envie de pleurer, elle l'a tellement cherchée, son humaine. La sienne, rien qu'à elle, celle qu'elle a eu tellement peur de ne jamais rencontrer, qui l'a fait douter d'elle même, de ses capacités d'étoile.

Même cramoisie, Avalon continue de la trouver d'une beauté rare, elle sait même que quelle que soit la personnalité de la jeune femme, Menma, rien ne pourrait altérer ce lien si particulier qui vient de se tisser devant ses yeux. Dans un sourire brillant elle s'approche rapidement d'elle pour venir lui prendre les deux mains énergiquement.

« Je n'aurai jamais imaginé que ce serait toi qui me trouverai ! »

Elle la secouerait presque pour être sûre qu'elle soit réelle, emplie d'excitation enfantine. Elle n'aurait pas pu rêver mieux comme client, confectionner un kimono pour son humaine, c'est quand même une sacrée chance !

« Enchantée Menma, tu es mon humaine, moi c'est Avalon, et je suis ton étoile. »

Elle la dirigea vers le coin détente de la pièce pour de bon, il ne lui avait absolument pas traversé l'esprit que Menma pouvait ignorer ce que ça signifiait, ni qu'elle pouvait être contre le principe, ni même qu'elles pouvaient mal s'entendre. Elle sautillait déjà d’impatience en préparant le thé.

(c)Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Anonymous



Être de celles [Menma] Empty
MessageSujet: Re: Être de celles [Menma]   Être de celles [Menma] EmptyMer 6 Juil - 23:04




Des boucles d'or...



Comment comprendre une réaction sorti dont ne sait où ? Tu n’es pas d’accord Grand-Mère ? Encore maintenant, je me demande, encore dans cette gêne, je me le demande …oui. Qu’est-ce qu’il peut bien arriver à mon corps. Jamais dans ma vie, je n’avais connu un sentiment pareil. Sentiment ? Grand-Mère… ne me dis pas…. Ce serait ça tu penses ? … Je ne vois pas d’autre raison. Oui tout devient clair dans ma tête tout d’un coup. Serait-ce ça un premier amour ?? Un amour tabou entre deux femmes ! Grand-Mère, je ne sais vraiment plus quoi penser, mais plus j’y pense et plus je me dis que c’est possible. Cette beauté, son mignon petit sourire, je me sens comment dire… en sureté quand je suis proche d’elle. Alors que je viens juste de la rencontrer. Y a vraiment un truc qui cloche. J’en ai même oublié la raison de ma venue dans cette boutique, je ne vois que ces boucles d’or qui s’agitent à chacun de ses mouvements. Maintenant la question c’est de savoir si ma franchise deviendra alors un obstacle dans cette belle journée.

Il ne me faut pas longtemps pour avoir une réponse. Elle s’illumine. Me fixe avant de littéralement me sauter dessus, prenant possession de mes mains. Provoquant ainsi un premier contact. Brûlant. Ces mains semblent si chaleureuses. Grand-Mère, j’ai vraiment le tract. Je n’arrive pas à comprendre, même quand elle me regarde comme cela. Et que dire de sa voix. Elle est tellement chou vraiment, de tels pensées alors que je sais très bien que je suis bien plus jeune qu’elle. Puis des paroles, et me voilà de nouveau confuse, Grand-Mère. Je l’avais trouvé en premier ? De quoi elle pouvait bien parler ? C’est ainsi qu’une nouvelle fois, me voilà complètement cramoisi et en train en plus de cela, en train de me faire secouer comme un prunier. Cette femme est à la fois un mystère pour moi et une personne que j’ai l’impression de connaître depuis toujours. Il fallut encore quelques secondes pour que tout devienne tout d’un coup plus clair. Quelques mots avaient suffit à me sortir de ma rêverie.

Etoile. Humaine. Depuis quand j’ai oublié dans quel monde nous vivons ? Tu sais Grand-Mère, je crois que de côtoyer des esprits n’est peut-être pas bon pour mon cerveau. Ce lien existe depuis tellement longtemps pourtant. J’avais lu tant de livre dessus, je m’étais renseignée. Ce lien fascinant, dont on ne connaît pas l’origine la plus ancienne. Comme un simple rouage de ce monde, tout à fait naturel. Et j’avais complètement oublié tout cela. Alors, franchement… je possède vraiment une étoile. Un être avec des pouvoirs et tout. C’est comment dire… comme dans mes livres de fantaisies. Complètement dément. Cette réflexion marque donc une certaine absence de ma part. Avant qu’enfin mon visage s’illumine de nouveau, toutes ces sensations, c’était donc ça et rien d’autre.

Je la suis rapidement dans le coin détente. Venant s’assoir sur le premier fauteuil, essayant de reprendre mon calme. Une étoile ! Enfin un vivant avec qui je ne peux que m’entendre ! Je ne peux cacher ma curiosité, mon entrain. Je vais faire un malheur Grand-Mère.

« Hum.. Excuses-moi. Mais j’ai tellement de questions ! Après tout c’est un événement unique dans une vie n’est-ce pas ?! Mais tu te rappelles de ta naissance ? Comment c’était ? »

Je marque une pause, voyant le thé devant moi. Un doux arôme venant me chatouiller le nez. Mais j’ai tellement l’esprit en ébullition. Tellement de questions. Je souris en la regardant avec pleins d’étoiles dans les yeux. Il fallait que j’en profite tout de suite, même si j’avais toute ma vie devant moi pour la connaître maintenant. Oui toute une vie. C’est long. Je rougis une nouvelle fois. Avant de sauter doucement sur place. Bien trop curieuse.

« Tu as un pouvoir ?! Dis, dis, dis, c’est quoi ?! »


J’ai l’impression d’être une enfant.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Être de celles [Menma] Empty
MessageSujet: Re: Être de celles [Menma]   Être de celles [Menma] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Être de celles [Menma]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A ceux et celles qui ont cessé d'intervenir au ForumHaiti
» Les peines qu'éprouvent nos amis nous affectent davantage que celles que nous éprouvons.
» [Event] Les Crocs de la bête, Gardien du Sud ♫
» Celles dont on ne parle pas assez ici
» La crainte du danger est mille fois plus terrifiante que le danger présent. [Menma - Kyoka]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: La ville et cie :: Nopperabō’s District :: Boutiques :: Boutique de tissu Caldwell-
Sauter vers: