Partagez | 
 

 Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
Invité
avatar



MessageSujet: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Sam 11 Juin - 19:44




http://www.zupimages.net/up/16/23/d7fj.jpg
Nom — Fuujima
Prénom — Asami Orenji
Âge — 17 ans
Sexe — Féminin
Race — Humaine
Nationalité — Japonaise
Occupation — Lycéenne
Orientation sexuelle — Totalement neutre par rapport à ça




physique

Je suis grande et belle. Et j'ai pleins de vêtements dans ma garde robe. Mon corps est parfait quoi que je fasse, tout le monde envie la courbe parfaite de mes hanches, la rondeur de ma poitrine et mon sourire rayonnant. Ma chevelure est lisse et souple, mes amies me l'envient tellement, j'essaye de leur faire honneur en leur disant comment je fais. Je suis parfaite et j'aime tellement ça…

Mais mon corps se déchira.  Il tira et s’amincit à certains endroits pour grossir à d'autres. à De la peau saine et bronzée dont je me vantai, je n'eus qu'une blancheur livide, malsaine. La pâleur d'une morte. Elle était si douce avant, maintenant elle est rugueuse et elle me dégoûte. Je la hais.

Mes longues mains fines qui jouaient du piano si divinement se raccourcirent et deviennent maladroites et balourdes. Mes doigts ressemblent à des os sur lequel ma peau fait tapis de fortune. Je les hais. Je hais ces doigts immondes. J'aimerai les cacher dans mon ventre, pour que personne les voient.

Mes jambes fines et élancés qui me permettaient de courir si vite a travers les landes, deviennent des grossiers poteaux de chair frêles et débiles. Elles me tiennent à peine, comme des tours de Pise cassées. Je voudrai les étirer et les endurcir, mais je ne peux pas. Peut-être que leur taille les rendent mignonnes mais je dirai un lapin trop court sur pattes serait plus proche de moi qu'une adorable créature.

Mes hanches sont légèrement dessinés, plus proche d'une enfant que la femme que je devrai être. Au moins, elles me permettent de pouvoir mettre des ceintures. Je suis tellement maigre que les os percent un peu, je ne pourrai jamais porter un enfant sans avoir mon corps odieusement difformé. Ou commence l'enfantin et où finit le ridicule ? Je ne sais pas vraiment, mais je n'aime pas le corps qui est mien.

Mon ventre est terriblement plat, je pourrai sans doute faire une bonne règle si je n'étais pas vivante.  Pas mal de gens m'envient mon poids, pourtant je mange beaucoup. J'avale tout ce que je trouve. J'avale mes soucis, mes peurs, mes frayeurs sous formes de gâteaux, de pain sucrés ou de confiseries. Mais je vomis tout aussi vite, dégoûtée par ce que je fais. Mais parlons de mon apparence, je fais du hors sujet là ! Je perdrais 3 points au Bac. N'est ce pas pathétique ?

Plus haut encore est ma poitrine. Aussi curieux que cela paraisse, j'en ai une. Pas aussi imposante que les normes des Nekketsu mais elle est bien là. Ronde, ferme et dessinée, je dirai que c'est le seul véritable atout que j'ai. Peut-être es ce qu'un quelconque Dieu a eu pitié de moi ? Je le remercie si tel est le cas. Mes épaules sont tel que le corps féminin me le permet. Fluides, effacées et délicates, voici ce que dirait un poète. Saillantes, pointues et sans grâce, voici ce que dirait un réaliste

Mon cou est à l'image du reste. Je ne vous ferai pas l'affront de le répéter. Passons au visage, j'ai une particularité étrange. Mes yeux. Mes yeux sont immenses, mangent mes joues rondes, déchirent la peau délicate de mon front. Mes yeux troubles, Mes yeux sans fond. D'un ambre hypnotisant, il suffit que quelqu'un s'y plonge pour y mourir entre 2 vagues orangées. Voici d'où vient mon deuxième prénom « Orenji ». Mes 2 prénoms accolés donnent ce pour quoi on m'a imaginée « La beauté matinale orangée ». C'est idiotement poétique. Ourlés de cils noirs d'encre, légèrement plissés au bout, je regarde le monde avec les délicats phares de l'enfance éternelle. Le reste de mon visage est banale pour un enfant. Petite bouche souvent inerte, nez fin et aquilin, joues rondes et creuses à la fois. Front bas et plissé souvent par l'inquiétude. Mon sourire est rare mais timide. En retrait, oublié et oubliable.

Parlons maintenant de ce qui est le plus visible chez moi, ma chevelure. Ma chevelure rousse démoniaque. Elle me mange, avale mon corps entre 2 mèches et le garde prisonnier dans son antre toxique. Elle est longue, tellement longue que je n'ai même pas le souvenir d'avoir senti autre chose que mes cheveux sur ma nuque et mon dos.  Elle est très rousse, plus proche du rouge que du orange mais tu l'aimes quand même. Impossible à coiffer correctement, impossible à tenir en coiffure complexe. La seule chose que je peux tenter à la limite, c'est une queue de cheval haute pour être plus libre de mouvement. Elle avale ma vie, elle est lourde, épaisse, frémissante à chaque bruissement de vent et avance inexorablement vers le bas de mes cuisses avec la vigueur d'une armée. Mais je l'aime quand même. C'est comme une magnifique plante qui s'enroule autour d'un petit rat pour l'étrangler jusqu’à mort s'ensuive.

Mes vêtements, je l'ai choisis un peu au hasard. Sans doute par dépit ou par ignorance de la mode ou de ce qui me va. Outre le costume habituel des étudiants qui me va beaucoup trop large, je mets des robes pull orange, des pull, des vestes m'enfin plein de choses qui sont pas forcément raccordés ensemble.

Assez de belles lettres, parlons chiffres. Je mesure 156cm pour 35 kilos. Je suis donc en état de maigreur accentuée, mais ça se voit pas trop n'est ce pas ? Je fais exprès de porter des rembourrements pour cacher ce fait pour me donner une silhouette plus ronde.

Je me maquille assez pour mettre des couleurs sur ma face livide, surtout du blush ou du rouge à lèvres que je fabrique moi même. Je fais fondre de la cire de jojoba, je rajoute de l'alcool gras (que je pique en cachette à un benêt de la 12ème) puis de l'huile de ricin et enfin de l'oxyde de fer pour la teinture ! Je ne fais pas confiance à ce que les vendeurs vendent comme maquillage !

Pour conclure, je sais pertinemment que je ne suis pas objective. Mais ainsi va le monde, je suis plein de complexes après tout.[/i]


pouvoir


Nom du pouvoir — répondre ici.
Description du pouvoir — répondre ici.

(si vous êtes un humain, n'hésitez pas à supprimer cette partie.)


caractère

« Le malheur commence quand la voix ne peut plus porter »
Tu es silencieuse, pire qu'une tombe. Jamais tu ne parles, en bien comme en mal. C'est comme si le simple fait de parler détruirait l'espèce de silence religieux qui t'entoure. On oublie même le son de ta voix. Souvent les gens qui te connaissent peu ou mal pensent que tu es muette. Comment les gens peuvent te comprendre ? Tu es extrêmement expressive, dû à tes immenses yeux. Le moindre des plissement de ma bouche peuvent renseigner sur des dizaines de choses. Ton humeur, si tu as faim ou si tu veux dormir. Cela déstabilise toujours ceux qui te connaissent pas, ils te croient volontiers dédaigneuse et glaciale. Peut-être même snob. Mais c'est ainsi.

Enfin, c'est surtout ceux qui font l'effort de te connaître. Car tu es pire qu'un fantôme. Personne ne se souvient de toi, tu es effacée. Ta présence est fluette et invisible, même rare sont ceux qui te remarquent. Cela doit être dû à l'aspect général de ta personne. Tu te comportes toujours comme si tu voulais prendre le moins d'espace possible. Tu respires peu ou silencieusement. Tu regardes toujours le sol et tout ton être marche au ralenti. Cela signifie pas que tu es lente loin de là.  Au contraire, tu possèdes une vive intelligence. Mais simplement, tu veux te fondre pour devenir qu'une ombre. Peut-être si tu étais un peu honnête envers toi même, tu aurais demandé à être moins seule.

Tu sembles dépendante de tout et n'importe quoi, tu t'accroches à la lumière que tu n'es pas. De ce fait, tu es extrêmement respectueuse envers ta mère. Mère que tu ne quitteras jamais de ton plein gré. Tu ne la désobéiras jamais de ton plein gré. Tu es une femme de l'ombre, tu es une femme d'une intelligence féroce et entraînée. Peut-être un peu recluse dans ses capacités pour apprécier la vie tel qu'elle l'est.


Mais d'où vient cette attachement sans borne au groupe et l'assimilation totale dans celui çi au point d'oublier ton identité ? D'une très faible estime de toi même. Pour toi, tu n'es rien. Malgré tout tes capacités, malgré les dons que tu possèdes, tu te regardes comme une moins que rien. Tu as raté un thé ? Tu t'en voudras. Tu as blessé quelqu'un par inadvertance, tu pleureras la nuit en repensant au « Aie » entendu en te traitant mentalement de bonne à rien. Alors tu avales. Tu avales tes complexes, tes soucis, tes peurs, tes angoisses, tes remords. Et tu vomis ecoeurée par leur saveur douce-amère. Malgré tout, tu as appris à garder la face peu importe ce qui se passe et tu caches tout derrière tes vitraux oranges qui laissent toujours passer une indéfinissable tristesse qui te donne l'air d'un veau sur le point de se faire abattre.

Mais malgré tout, tu restes une jeune âme et de ce fait...tu as tendance à être imprévisible. Parfois sans raison, tu peux sortir un jeu de ton kimono et faire une partie avec la première personne qui passe. Parfois ton esprit divague. Tu as le génie des suppositions, des « et si ? », et ton esprit fuit. Tu peux rêvasser des heures sur un « Et si » que tu aimes. Tu es ouverte à tout, rien ne t'échappe. Chaque bribe de la vie que tu connais, tu peux faire des liens entre eux. Parfois tu obtiens des résultats totalement farfelus et parfois une vérité étonnamment juste. Il y a jamais de juste milieu. Tu as soit totalement raison soit totalement tort.

Aspect curieux de toi même, tu es sans gêne. Sans même dire un mot, tu mets l'âme des autres en morceaux, les disséquant tandis que l'autre ne ressent qu'une sensation horrible de scalpel qui court doucement sur sa peau pour l'étioler doucement. Tu sais lire les gens, et tu t'en prives rarement. Même parfois, tu peux regardes les autres se laver, se changer, coucher ensemble sans ressentir la moindre gêne. A vrai dire, tu es assez insensible sur ce point. Pour toi, voir les ébats de 2 personnes est aussi intéressant que regarder un match de foot ou de faire la vaisselle.

L'amour physique est ennuyant, éprouvant et étirant. Ce qui te fait vibrer, c'est l'amour familiale. Un être qui en a crée un autre, cette sensation de complétude. Il y a que Setsu qui puisse te donner cela. C'est une forme d'amour que tu considères comme plus pur que le diamant, plus solide que le roseau qui se plie sans jamais rompre et plus parfait que le concept de Dieu ou de soldes Steam.

Une personne extérieur dirait que c'est malsain, cette loyauté dévorante qui anime tes entrailles. Cet amour que tu ne peux pas réprimer. Bien sûr, tu n'es pas assez stupide pour le montrer à la vue et au sus de tous. Mais intérieurement, c'est autre chose. En fait, beaucoup de gens diraient simplement de toi que tu sembles intouchable. Murée dans ton silence de nonne, la grâce noble dans les gestes, la sûreté d'un bijoutier dans tes réflexions et la tristesse qui semble t'accompagner comme un voile trop lourd pour tes épaules. Alors ils te laissent seule. Seule et ton obsession. Seule devant tes démons. Mais tu es téméraire et courageuse. Un mélange de suicidaire. Un mélange qu'on ne croyait pas capable en toi, pourtant il est là.

Tu possèdes une force de caractère assez étrange. Tu te laisseras rarement marcher sur les pieds. Mais curieusement ton apparence physique laisse pas du tout percer la force qui t'anime. Nous pouvons même dire que tu excelles sur ce point. Observatrice, tu vois facilement les points faibles de l'ennemi. La différence avec ce que ton apparence laisse supposer, c'est que tu possèdes un sang froid digne d'un tueur en série. Si on t'attaque mentalement, tu feras tout pour te venger. Même si cela doit prendre des années. Avant d’amèrement le regretter. Puis le souvenir de la personne rejoindra le panthéon des remords et tu te vengeras sur ton estomac en avalant et recrachant. C'est pas bien d'être aussi émotive et sensible Asami.

Bien sûr, tu as rien dis. Et petit à petit, la solitude est devenue une seconde peau, une peau qui ne se retirai pas même avec du savon. A force, tu ne réfléchis même plus. Pourquoi tout le monde est invité à la fête et pas toi ? Aucune idée parce que tu n'es pas assez bien peut-être ? Tu préfères prendre sur toi plutôt qu'accuser les autres. Un jour, tu le sais, tu te casseras. Ton esprit te dira « non », et tu te mettras à crier. Peut-être qu'au final c'est mieux ainsi. Qui voudrait subir la torture silencieuse que tu t'infliges ?

Mais pour le moment, l'existence de Setsu te suffit. Setsu te suffit à vivre. Setsu et sa bonne humeur permanente. Setsu et sa protection parfois bruyante et parfois silencieuse. Setsu et ses grands rires pleins de vie. Tu changerais les règles du monde pour elle, pour celle que tu considérerais à jamais comme ta Mère et ta seule amie.

Tu hais les humains curieusement et tu adores littéralement les étoiles. Peut-être à cause de ce que tes parents étaient ? Tu ne sais pas vraiment... Mais... Voilà, tu ne sais pas comment faire avec les gens. Timidité maladive, manque de confiance infinie ou simplement incompréhension du monde ? Tu ne sais pas vraiment, tu essayes timidement de t'ouvrir à d'autres, de partager tes passions, ta confiance et tes jeux mais, tu n'y arrives pas. Il faudra travailler sur ça Asami !

Au final que retenir de toi ? Une étudiante effacée, travailleuse et intelligente ? Une adolescente complexée et solitaire ? Une masochiste qui se complaît dans sa douleur pour ne pas blesser le monde ? Ou simplement une fillette un peu trop jeune et un peu trop fluette pour endosser tout ce qui te façonne ? Au final, je pense que tu es simplement toi Asami, et c'est le plus beau cadeau qu'on pourrait t'offrir petit être flamboyant.

« L'espoir commence quand tu reconnais ton désespoir »b


histoire

L'histoire d'Asami est simplement compliquée.
Née de l'union de 2 personnes qui s'aiment, elle a toujours eu une enfance heureuse malgré son absence totale de parole. Sa voix portait si peu que personne ne la remarquait et c'était mieux ainsi. Mais ses parents du jour au lendemain sont morts, la laissant seule dans ce monde froid. C'était clairement un assassinat. Mais un assassinat spécial. D'Orphelinat en Maison d'accueil, sa faible confiance en elle s'écroula. Harcèlement, moqueries, violences en tout genres, Asami se détruisit petit à petit comme un château de cartes qui tombe.

Elle se réconfortait dans la nourriture et dans la sensation de maitrise de son corps. Comme si elle se faisait mal pour se venger des autres. Mais elle sentait un instinct qui pulsait en elle, un instinct violent et froid. Elle se souvenait des mots de ses parents, de leur désir de paix. Ils aiment beaucoup les étoiles et toi tu commençais à les idolâtrer. Ils te semblaient parfaits et lisses, loin de la froide cruauté humaine. Un jour, dans ton orphelinat tu rencontras celle qui allait devenir ta déesse, Setsu. Setsu était une femme qui venait pour adopter un petit et elle t'avait choisie toi parmi tous.

Arrivée chez elle, Setsu lui annonça qu'elle avait choisie Asami à cause de ses yeux. Setsu connaissait les parents de Asami et voulait accueillir en son sein leur fille. Alors elle avait trainée dans les rues, les orphelinats de tout le Japon pour la retrouver. Maintenant qu'elle avait eu Asami, elle lui proposa un pacte. La jeune femme allait entrainer Asami aux combats de combat et à l'art de tuer et en échange Asami pourrait venger ses parents. On dirait un mauvais scénario de film Z n'est ce pas ? Parfois la réalité dépasse la fiction !

Elle accepta, et se mit au compte de Setsu pour des assassinats payants. C'est mieux ainsi après tout si tu pouvais lui rendre service. En parallèle, tu as continués des études, il faut bien apprendre pour continuer sa vie non ?

Cette histoire est très courte mais vous pensez sérieusement que la vie d'une personne peut être résumé sur un bout de papier ?




Ceci est un titre



Pseudo — Hime
Vous; en cinq mots — Calme, patiente, tête en l'air, paisible et chat
Personnage sur l'avatar — Flaky de Happy Tree Friends
Comment avez-vous découvert le forum — Mhh secret o/
Présence ( /7) — 4/5
Pedobear ou bisounours — Nounours en chocolat o/
changerlelienparvotreimage100x100
http://hoshikami.forumactif.org




Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Lun 13 Juin - 15:46

J'ai fini o/
J'attends votre jugement
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 342
Date d'inscription : 20/02/2016
Age : 16
Avatar : Adam de The Raven King
Post-it : www.fiche.com x [url=www]www.relations.com[/url]
Métro ...

Carte d'identité
Occupation: Libraire, étudiant en langues étrangères.
Nationalité: Française.
Lié à: Isaiah Mimasu
étoile

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Mar 14 Juin - 13:31

Je ge ueh zeuefv.
Bon, je suis désolé, j'avais un peu la flemme de lire ta fiche.
Du coup, y aura pas de jugements de ma part ...

ENFIN SI. COMMENT CA TUEUSE A GAGE ? TU TU TU TU TU ... TU TUES ?
Tuer c'est mal.
Vilaine fille.
*sort un fouet*

Bienvenue parmi nous, sinon. ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 124
Date d'inscription : 16/05/2016
Avatar : 'Nah - Creature13
Disponibilité : Dispoo
Post-it :


Carte d'identité
Occupation: Livreur de pizza
Nationalité: Anglo-jap'
Lié à: Toccard. ♥
étoile

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Mer 15 Juin - 10:28

ROUUUUUSSE !!
Je te l'ai déjà dit en cb mais j'officialise vraiment ça :

BIENVENUE \o/



Bon courage pour ta validation Miss !!! :DDD


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Mer 15 Juin - 20:14

Coucou o/
MERCI POUR VOTRE ACCUEIL
LES ROUSSES TUEUSES A GAGES DOMINERONT LE MONDEEEEEEEEUH MOOUAHAHAHAH

(Tuer des gens c'est pas bien, mais c'est plus simple d'être méchamment gentil o/)
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Messages : 414
Date d'inscription : 27/12/2015

Carte d'identité
Occupation: Inconnu.
Nationalité: Error 404.
Lié à: Hehehehe.
pnj

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Mer 15 Juin - 21:39

Salut ma belle, et bienvenue sur Hoshikami !

Alors, avant de te valider, j'ai juste quelques petites requêtes =) :


  • Je pense que tu ne t'en es pas rendue compte, mais tu as beaucoup changé la personne à laquelle tu écris dans ta fiche ! Du coup, pourrais-tu te relire pour remettre ça au point ? =) Tu alternes beaucoup entre la première personne, la seconde et la troisième, parfois dans le même paragraphe ou la même phrase !

  • Même si c'est intéressant de jouer un tueur à gage... Je t'avoue que je suis un peu perplexe de voir une tueuse de 17 ans. Ne serait-ce que parce que je ne pense pas que des clients paient des milliers d'euros pour faire assassiner quelqu'un par une gamine (surtout si elle a commencé les contrats plus jeune que ça).
    Je pense que ça va avec le fait que trouver un autre métier rendra peut-être ton personnage plus humain... Tu sais mine de rien, il y a peu d'affrontements sur le forum, et baser ton personnage uniquement sur ça, la manipulation ou le fait de répondre à des ordres, ça risque d'un peu te bloquer dans tes futurs rp ici, parce que ceux sur ces thèmes seront rares =/


Du coup voilà, n'hésite pas à me mp si tu as la moindre question, je reste disponible pour toi et je te souhaite plein de courage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31
Date d'inscription : 15/05/2016
Avatar : kuriyama mirai - kyoukai no kanata © pingouin.
Disponibilité : le weekend surtout. je veux rp. ♥
Post-it :
www.
www.
#F3ADAD

lycée; première année.

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Lun 20 Juin - 2:10

je n'ai pas pu tout lire (oui, la flemme m'habite beaucoup et je n'arrive pas à me concentrer XD) mais tu as l'air d'avoir un personnage très intéressant ! 8D starless a évoqué un bon point pour le fait d'être tueur à gage, par contre, je te laisserais faire du mal à mon perso, juste pour la faire paniquer et ça ferait un rp de la mort qui tue jusqu'à tuer ! /mur

bon courage pour la suite de ta fiche & bienvenue aussi hein (j'allais l'oublier) ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 106
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 23
Avatar : Konoha (Haruka Kokonose), Kagerou Project
Disponibilité : Disponible, mais long pour RP x)

Carte d'identité
Occupation: Policier
Nationalité:
Lié à: Lila Black
policier

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Lun 20 Juin - 11:37

Déjà dit sur la CB, mais bienvenue à toi !

btw, si t'es tueuse à gages, je devrais t'arrêter, donc j'vais pas dire que c'est cool... Mais c'est kewl quand même xD


Larken's theme songe :



Why don't you let me hide from me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 963
Date d'inscription : 26/12/2015
Avatar : Shokudaikiri Mitsutada ©La badassitude d'une céleste.
Disponibilité : Déménagement et vacances. Je passe uniquement pour les validations et les nettoyages rapides. Désolé. ;;
Post-it : « You can't change me, cause we've lost it all. Nothing lasts forever. I'm sorry, I can't be perfect. »






Carte d'identité
Occupation: Commandant de la première division d'enquêtes.
Nationalité: Japonais.
Lié à: Dougal Wennolds, l'affreux. ♥
policier

MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   Mer 29 Juin - 19:41

HEY HEY HEY CUTIE.
où en es-tu?
ça avance bien? la vie, l'univers?
Faut pas en vouloir à starlette.
l'est pas méchant.
En tout cas, hésite pas à nous prévenir si tu veux un délai supplémentaire!
On veut pas perdre de cuties.
déjà qu'on en manque... c'est que des pervs ici.
love you !




merci avrilchouw www. — meeercii Chlodamore www. — guide du forum www.
merci junjiesweetie www. ; www. — arigatou Charlie pour le gif I guess??? ;w;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le désepoir commence quand la voix se tait (FINI)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LIBRE] Quand le coeur se tait, tout parle inutilement.
» Les étoiles brillent, mais pas autant que mes yeux quand je te vois.
» Heath t'es moche tu pues tu sens la morue et quand j't'ai vu j'ai cru voir un cul mais non ce n'était que toi devant moi.
» Ginella - Quand les mots manquent, les larmes font le reste
» Dans les bois quand le loup n'y est pas... |Trente-Six|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: Premiers Pas :: Présentations :: Perdues-
Sauter vers: