Partagez | 
 

 Ravie de faire ta connaissance ! — [avec Larken Edelhart]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message
avatar


Messages : 4
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 17
Avatar : Takenaka 329793 — dahliart.jp
humain

MessageSujet: Ravie de faire ta connaissance ! — [avec Larken Edelhart]   Jeu 26 Mai - 20:17

Premier jour au lycée et première catastrophe en plein cours de chimie. Oui, vous l'aurez deviné, j'ai fait exploser une fiole contenant des liquides, assez important et avec lesquels il ne faut pas faire joujou, entre mes doigts expérimentés. Bon, rien de grave, si ce n'est qu'un grand nuage noir a inondé la salle et qu'elle a failli tous nous asphyxier. Heureusement, grâce à mes réflexes rapides de défense, j'ai su ouvrir les fenêtres à temps et faire s'en aller ma création à travers les airs, au-delà du ciel. J'ai eu quelque peu la larme à l’œil de laisser mon bébé s'en aller ainsi, mais bon… c'est la vie ! Suite à cela, je me suis fait passer un savon comme je ne vous raconte pas. Une vraie pagaille dans la classe en plus de ça. Des pleurs et des cris étaient survenu durant l'apocalypse de courte durée et même le professeur avait eu du mal à ne pas se faire dessus. De la poussière noire s'était étalée un peu partout dans la salle, recouvrant sol, murs précédemment blancs et tables, ainsi que blouses des élèves.

Ok, je l'admet, je n'aurais pas du secoué aussi vivement le mélange contenu dans la fiole fermée par un bouchon. Et je l'admet aussi, j'aurais du écouter les instructions du professeur à la lettre : ne pas secouer violemment les fioles pleines — ne pas enfermer les mélanges. Bon, les seules règles que j'ai respecté sont celle de la protection physique. Je m'étais munis d'une blouse blanche en coton comme il était demandé, ainsi que d'une paire de lunette en plastique. Mais, entre nous, je savais pertinemment ce que je faisais, ou presque.

Alors que le professeur se défoulait en japonais sur moi, je notais soigneusement les produits utilisés ainsi que le résultat final de mon expérience, ravie. En me voyant toute souriante, le visage salit de noir tout comme les autres et n'exprimant que peu de sentiment de regret et d'excuse envers toute la classe, monsieur-pas-drôle me vira de son cours et je fus définitivement exclus du cœur de mes camarades qui me traitaient déjà de « folle » ou encore de fille « dangereuse ». Au moins, ça annonçait la couleur pour la suite des événements. Personnellement je m'en moque assez de ce qu'ils peuvent bien penser, je suis une inventrice incomprise et inconnue — du moins, pour le moment. D'accord, je veux bien l'avouer, cela me blesse légèrement qu'on puisse me traiter de monstre, mais qu'importe. Après tout, il faut aller de l'avant, non ? Même si leur apprendre la politesse et le respect ne serait pas de trop dans leur éducation...

Dehors, le soleil était chaud et jaune, rond comme une orange. Le temps des fleurs de cerisiers était passé, laissant place à de simples feuilles bien vertes qui ne sont pas prêtes de tomber. Je sortais de l'établissement après être restée une bonne heure assise sur un pauvre banc en bois blanchit par de la peinture, relisant le cours de chimie que j'avais noté et réparant au passage un objet conçu par mes soins qui s'était abîmé dans l'avion qui m'avait amené ici-bas, dans un endroit perdu du globe terrestre, à Hoshikami. Je me nettoyais une dernière fois le visage avec des mouchoirs que j'ai imbibé d'eau, puis épousseta mes vêtements. Eh bien… plus qu'à retourner chez moi, on dirait ! me dis-je tout en traversant le portail menant vers l'extérieur comme à l'intérieur de l'établissement scolaire.

Le sac chargé de tout un bric-à-brac mêlant plans, objets loufoques et bocaux ainsi que d'ustensiles tels qu'une loupe, un tournevis, des clous, etc. Oui, j'avais l'air louche voire suspect avec tout ça sur le dos en plus de mes cahiers de cours, mais je n'avais pas vraiment le choix, je ne pouvais vivre sans cette passion qui m'animait : le bricolage. Ça c'était depuis ma plus tendre enfance, mais mon désir le plus cher à l'heure actuelle est de réaliser la conception d'une machine à voyager dans le temps, mais bon, rien n'est encore sûr si ce n'est ma détermination.

Je marchais donc en direction du centre ville, mais c'est alors que peu après que j'eus quitter le lycée, un policier fit son apparition non-loin de moi. D'habitude, je ne m'inquiète pas tellement, mais cette fois-ci c'était différent. Je portais sur moi des objets disons… pas très « admis » par le règlement. Je continuais néanmoins ma marche, tentant de me diriger vers les habitations où se tenait mon appartement. Cependant, je sentais qu'on me suivais et tandis que je continuais ma traversée, je m'imaginais un scénario catastrophique quant à la personne qui se tenait derrière moi.

— — — — —

Deux hommes armés, non, trois ! Certain avec pistolet d'autre avec batte de base-ball en main. Puis, ils m'agressent et tentent de me kidnapper. Moi, armée de mes fidèles objets mécaniques et autres inventions, ainsi que mes bocaux remplis de choses et d'autres, je me défends comme je peux et leur lance dessus le contenu d'un bocal, contenant des sangsues et de l'eau si sales qu'elle en était verte avec quelques algues et particules noires. Puis, une fois les ennemis paralysés, je leur fais mon coup spécial, des prises d'art martiaux tel qu'un coup de pied circulaire ou un autre truc dans le genre ! Puis les méchants s'en vont, effrayés, couinant leur défaite.— FIN.

— — — — —

Ne serait-ce pas excitant que tout cela se produise ainsi ? Malheureusement, alors que j'entendais ces sons de pas se rapprocher dangereusement de moi et que je mis ma main dans mon sac afin d'attraper le bon bocal, je me retourna violemment, m'apprêtant à tomber sur de vils malfrats qui au final se trouvait être le policier de tout à l'heure. Eh mince, les ennuis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 106
Date d'inscription : 27/04/2016
Age : 23
Avatar : Konoha (Haruka Kokonose), Kagerou Project
Disponibilité : Disponible, mais long pour RP x)

Carte d'identité
Occupation: Policier
Nationalité:
Lié à: Lila Black
policier

MessageSujet: Re: Ravie de faire ta connaissance ! — [avec Larken Edelhart]   Mer 6 Juil - 19:17

-Sur ce, je vous souhaite une bonne journée

Alors que tu prononçais ces mots, la cloche retentit. L’écho n’avait pas encore disparu que les élèves, eux, s’étaient déjà volatilisés. Tu remballas toi aussi les affaires que tu avais prises avec toi et salua le professeur, qui te remercia, avant de quitter la salle de cours. Tu avais eu pour mission d’y donner une courte conférence de sensibilisation sur les drogues. Alors, certes, tu n’étais sans doute pas le plus adapté pour cette mission. Déjà, tu manquais évidemment de passion pour convaincre les lycéens. Mais surtout, ton air détaché de tout t’avais valu quelques commentaires chuchotés de la part de ces mêmes élèves. Tu les avais entendus remettre en cause ta position face à la drogue, mais, comme pour tout le reste, tu n’avais pas bronché, te contentant de continuer.

Et actuellement, tu te dirigeais vers la sortie de l’académie, ta journée terminée. Tu sortis ton téléphone et y branchas ton casque audio. Tu l’enfilas et ouvrir le dossier de musiques quand, tout à coup, tu sentis une sensation très étrange. Tu te figeas, regardant autour de toi. Tu te souvenais de ce qu’on t’avait raconté quand tu étais encore enfant. Ton humain-lié n’était pas loin. Et tu savais qu’il fallait que tu le trouves. Même toi, on aurait pu dire qu’à cet instant précis, chose étrange s’il en est, tu ressentais ce qui pouvait s’apparenter à de la curiosité envers cet humain que tu n’avais jamais vu.

Tu ne savais pas trop comment fonctionnais le lien, finalement, mais tu savais que maintenant, tu retrouverais cet inconnu. Car, si tu savais qu’il avait été très proche de toi quelques secondes auparavant, il était désormais plus loin. En tout logique, il était donc sorti de l’académie peu de temps avant toi. Tu te précipitas alors vers la sortie, bousculant au passage quelques personnes et t’attirant ainsi leurs foudres, mais tu n’en avais cure.

Quand tu sortis, tu vis une fille qui se dirigeait vers le centre-ville. Alors, directement, tu sais que c’était elle. Elle était ton humaine liée. Alors, tu te dirigeas vers elle, mais elle sembla te voir et accéléra. Ce que tu fis aussi. Finalement, tu la rattrapas et posa une main sur son épaule. Elle se retourna alors. A vue de nez, elle devait avoir une quinzaine d’années, pas plus. Pendant un instant, tu te demandas comment il était possible que ton humaine liée soit née si longtemps après ta chute. Mais les desseins de l’Etoile Divine t’étaient inconnus, alors tu écartas ce soucis de ton esprit.

Tu ne savais pas trop comment l’aborder, alors tu optas, avec ton détachement habituel, pour la méthode la plus directe.

-Bonjour, navré de vous déranger. Il se trouve que je suis votre étoile liée, enchanté de vous rencontrer. Je m’appelle Larken Edelhart.

Oui, tu mettais directement les pieds dans le plat, sans même savoir si cette humaine allait te croire ou te prendre pour un fou, sans même savoir si elle croyait simplement en l’existence des étoiles et du lien. Parce que tu étais incapable de comprendre les émotions des autres…



[HS : Désolé du temps de réponse et de la rép pas terrible ^^"]


Larken's theme songe :



Why don't you let me hide from me ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ravie de faire ta connaissance ! — [avec Larken Edelhart]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [How To...] Faire votre propre affiche Wanted avec Photoshop.
» La perfection ce n'est pas de faire quelque chose de grand et beau, mais de faire ce que l'on fait avec grandeur et beauté
» Qui osera faire un pacte avec le diable ? -Lana-
» Nouvelle nuit avec Sylvie [PV Sylvie]
» Conseils pour créer une skin avec pixia[tutorial]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hoshikami RPG :: La ville et cie :: Yanari’s District :: Appartements-
Sauter vers: